Les Argentins débarquent en force à Rio

football
Argentine CM
©Nicolas Ransom
Les "Hermanos" débarquent dans l'apothéose à Rio, où se disputera dimanche la finale Allemagne-Argentine. Des milliers d'Argentins ont fait le voyage pour être de la fête. Pour les Brésiliens, l'arrivée des frères ennemis argentins est une double peine, après l'humiliation des demi-finales. 
Ils sont venus à Rio de Janeiro pour leur premier match contre la Bosnie, et ils reviennent, 25 jours après, pour la grande finale. Les supporters de l'Albiceleste convergent vers le mythique stade du Maracana. Pour les Brésiliens, c'est une double peine : leur équipe a été humiliée 7-1 face à l'Allemagne, et voici maintenant que les pires ennemis viennent "envahir" le temple national du football.

Les supporters de la Seleção n'ont pas fini d'avoir des maux de tête. 70 000 Argentins sont actuellement sur les routes en direction de Rio de Janeiro. Ils pourraient remplir le stade de la finale à eux tous seuls. Actuellement, 800 ont déjà installé camping cars, tentes, et réchauds sur Terreirão do Samba. Mais ce terrain, généralement utilisé lors du carnaval, est déjà trop petit. Bondé.
Argentine CM2
©Nicolas Ransom


"La coupe doit rester en Amérique du Sud"

Beaucoup, comme Antonio Posto Rivo, préparent ce voyage depuis des années. Il est parti le 18 juin avec dix autres personnes et un bébé de Vila Gesell à 3 000 kilomètres de Rio de Janeiro. Depuis, le groupe a accompagné l'ensemble des matchs de l'Argentine. Le "périple de leur vie". Antonio n'a pas d'animosité envers les Brésiliens. Au contraire. "La défaite du Brésil nous a fait de la peine. Mais le jeu, c'est le jeu. Quelquefois, on gagne. Quelquefois, on perd... Nous, nous sommes venus pour gagner. La coupe doit rester en Amérique du Sud". Le décor est planté. 
Argentine CM3
©NR


"Nous sommes les meilleurs"

Entre les voitures et sous les pots d'échappement, Romena Seip. Cette employée de maison vient de Mar del Plata. Elle a parcouru plus de ... 3 000 kilomètres ! Sa tente est trempée. Ses affaires sont gorgées d'eau. Mais elle est venue chercher la coupe. "C'est difficile, mais cela vaut la peine. Il existe une rivalité très forte entre le Brésil et l'Argentine, mais nous nous traitons avec respect." Un discours bien rodé, cette Romena. Elle qui rajoute immédiatement après "mais tout le monde le sait, nous sommes les meilleurs.
Argentine CM4
©Nicolas Ransom


Argentine-Brésil : plus qu'un jeu

Une odeur de grillade réveille mes papilles. Alexis Basi et son groupe ont découvert le Brésil lors de ce périple. Eux aussi ont fait plus de 3 000 kilomètres. "La rivalité entre le Brésil et l'Argentine n'est pas un mythe. Elle est omniprésente. Sur les terrains comme en dehors." En Amérique du Sud, les rencontres Argentine-Brésil sont bien plus qu'un jeu. C'est un clasico. Un match historique qui tourne parfois (souvent) à la guerre. Une rivalité entre deux pays, mais aussi entre joueurs, et entre clubs : Pelé contre Maradona, Messi contre Neymar, Boca Junior contre Corinthians. "J'ai été surpris par le score de Brésil-Allemagne, mais nous allons gagner cette Coupe 2-1.
Argentine CM6
©Nicolas Ransom


"On va venger les Brésiliens"

Enrique Vasia passe aux aveux. Ce métallurgiste éprouve, avec un peu d'ironie une certaine tristesse. "Gagner ici au Maracana contre la Seleção aurait été magique. Incroyable. Mais dimanche avec Messi on va venger les Brésiliens.
Argentine CM7
©Nicolas Ransom


Double et même triple peine !

Pour éviter d'être emportées par le tsunami bleu ciel, les autorités de la ville de Rio de Janeiro viennent de libérer l'accès au Sambodrome, appelé aussi l'apothéose. Jusqu'à lundi, "l'argentinodromo" va accueillir les milliers de camping-cars des hermanos.

Ironie du sort. À Rio de Janeiro, les deux temples, les deux symboles du pays, celui du football comme celui du carnaval, sont aux mains des Argentins... La triple peine pour un Brésil encore abasourdi par la gifle allemande. 
Argentine CM8
©Nicolas Ransom

Les Outre-mer en continu
Accéder au live