outre-mer
territoire

Des parasites du paludisme résistent au traitement le plus efficace

santé
Des analyses sanguines sur des personnes infectées par le paludisme en Asie ont montré une résistance de certains parasites à l'artémisinine, le traitement le plus efficace connu à ce jour . Une nouvelle inquiétante qui pourrait signifier une propagation de la maladie dans le monde.
Ou en est la recherche contre le paludisme? On estime que chaque année entre 350 et 500 millions  de personnes concernent la maladie. Rien que sur le continent africain, elle est responsable de quelques 660 000 personnes décès chaque année.
 
Dans les Outre-mer également, et notamment la Guyane et Mayotte, le paludisme est également présent. Selon les chiffres du Conseil général de la Guyane, entre 3 000 et 5 00 cas sont recensés chaque année dans le département. A Mayotte, moins d'une cinquantaine de cas est déclarées chaque année.
 

Le parasite résiste au traitement

Parmi les traitements contre la maladie, l'artémisinine, une molécule extraite d'une plante. Or une étude publiée aux Etats-Unis et réalisée en Asie du Sud Est, une zone également concernée par la maladie, ont révélé que le plasmodium falciparum, le parasite responsable de la forme la plus mortelle de paludisme était résistant à l'artémisinine.
En revanche, note les chercheurs, aucune résistance n'a été constatée au Kenya, au Nigéria et en RDC, pays où portait également l'étude.

Il n'empêche que cette résistance au traitement est une très mauvaise nouvelle pour la recherche contre la maladie, alors qu'aucun vaccin n'existe à ce jour. "Si la résistance aux antipaludéens se propage d'Asie en Afrique, la plupart des progrès importants réalisés pour réduire la mortalité résultant du paludisme seront inversés", prévient le Dr Jeremy Farrar, directeur de l'ONG britannique The Wellcome Trust, cité par l'AFP. 
 
Cette résistance à l'artémisinine n'est pas nouvelle. Déjà en 2011, l'organisation mondiale de la santé alertait sur le sujet notamment au Surinam et en Guyane et s'interrogeait sur l'avenir du traitement le plus efficace contre la maladie.
Publicité