publicité

"Le Bamboula et le Négro" en vente à Auxerre

Un chocolatier de la ville d’Auxerre présente dans sa vitrine des produits très subtilement dénommés "Négro" et "Bamboula", ce qui suscite l’indignation de nombreux internautes et d’associations. Sous la pression, l'entreprise va finalement changer l'appellation de ses "douceurs".

Le pain d’épice "Le Négro" de la chocolaterie Grégory Féret à Auxerre. © DR
© DR Le pain d’épice "Le Négro" de la chocolaterie Grégory Féret à Auxerre.
  • Par Philippe Triay
  • Publié le , mis à jour le
La rentrée s'annonce prometteuse. "Soucieux de satisfaire les papilles des gourmets et des gourmands, Grégory se rattache aux spécialités d'antan avec le "Bamboula et le Négro", vieilles recettes auxerroises qui se transmettent de génération en génération".
 
Vous ne rêvez pas, nous sommes en l’an 2014, et cette prose est issue du site internet de la chocolaterie Grégory Féret, à Auxerre, dans le département de l’Yonne. Inutile de préciser que certains réseaux sociaux se sont enflammés, et que le chocolatier en a pris pour son grade.
 
Du côté des associations, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) et l’association Sortir du Colonialisme (SDC) ont réagi par un communiqué ce mardi matin. "En vérité, les Noirs de France se seraient bien passés d'un pareil hommage. Est-ce que la maison Féret a l'intention de vendre aussi des nougats "Ratons", en hommage aux Algériens de France ? Et pourquoi pas des bonbons "Youpin", en hommage aux Juifs déportés ? Utiliser ces termes racistes pour faire vendre, c'est déjà outrageant, mais affirmer qu'il s'agit d'un hommage, c'est vraiment prendre les gens pour des c***", écrit Louis-Georges Tin, le président du Cran.
 
"Le Cran et SDC ne peuvent que dénoncer les produits rances et toxiques de la maison Féret", poursuit le communiqué. "Selon le site internet de la chocolaterie, ces deux délices seraient "nés de l'imagination de Jules Moreau et de son fils Jean, ancien maire d'Auxerre". C'est pourquoi le Cran et SDC demandent à l'actuel maire d'Auxerre, Guy Férez, d'intervenir sans tarder afin que l'image de la ville ne soit pas ternie plus longtemps. Et le Cran et SDC, qui n'excluent pas des actions coups de poing sur place, comme cela s'était fait contre Mango, exigent que la chocolaterie de la honte retire de la vente ces horreurs, présente ses excuses et répare l'outrage fait aux Noir.e.s de France."   

Soucieux de satisfaire les papilles des gourmets et des gourmands, Grégory se rattache aux spécialités d'antan avec le "Bamboula et le Négro", vieilles recettes auxerroises qui se transmettent de génération en génération" (chocolaterie Grégory Féret)

 










Du côté de la chocolaterie, on dénonce les personnes qui "se sont permis de nous juger et de nous critiquer sans aucune connaissance de l’histoire française et sans apporter aucun argument."
 
"La chocolaterie Féret a reprit le nom de ces deux gâteaux qui existe depuis 1919 pour continuer les spécialités de la région", explique l’entreprise sur sa page Facebook. "Le Négro n’est en aucun cas une injure ou un autre qualificatif raciste, ce n’est pas une insulte mais un hommage rendu aux Sénégalais blessés pendant la Première Guerre aux côtés des Français et dont certains étaient soignés à l’hôpital d’Auxerre. Les auteurs ont choisi ce nom qui s’inspire du Rio Négro c’est-à-dire des sacs de cacao qui arrivaient de Venezuela et de Colombie à destination d’Auxerre c’est en quelque sorte une métaphore pour exprimer le courage et la volonté des Sénégalais. De plus, le Bamboula est le nom d’une ancienne danse africaine qui est arrivée en France, cette danse a inspiré beaucoup de gens, elle s’est répandue dans le pays et les auteurs du Bamboula ont désiré rendre hommages aux cultures que les Africains nous ont apportées en France."
 
"Et je recommande également de se cultiver, d’avoir une certaine connaissance sur le sujet et réfléchir avant d’accuser des personnes de racisme ou autre", conclut l'entreprise.
 
Rappel à l’intention de la chocolaterie Féret. Les termes "Bamboula" et "Négro", qui pouvaient sembler anodins au temps de la Première Guerre mondiale et des colonies, sont considérés dorénavant comme des dénominations à connotation raciste, péjorative, et dénotant une volonté d’humiliation ou d'insulte. Et ceci est passible de poursuites judiciaires. 

Aux dernières nouvelles, mardi après midi, l'entreprise va changer le nom de ses deux spécialités "pour calmer le jeu", selon l'AFP. "On a un succès fou. J'en expédie dans toute la France et je n'avais jamais eu de souci avant hier après-midi", a expliqué une responsable de la chocolaterie Féret, qui évoque des "menaces" reçues par mail et par téléphone. Elle a déjà retiré les "Bamboulas" et les "Négros" de sa vitrine, de peur qu'on ne la casse. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play