outre-mer
territoire

PIB et collectivités d’Outre-mer : des richesses "à la marge"

économie
Prises de vue des six collectivités d'Outre-mer : Wallis et Futuna, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie.
Prises de vue des six collectivités d'Outre-mer : Wallis et Futuna, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie. ©DR/Montage La1ere
"Les Outre-mer sont une chance pour la France !", s'est exclamé François Hollande au dîner annuel du CREFOM, ce vendredi. Mais alors, pourquoi les richesses produites par les collectivités d’Outre-mer ne sont-elles pas prises en compte dans l’élaboration du PIB national ? Explications.
"Les Outre-mer français, une richesse pour la France", la formule revient souvent dans les discours officiels (pas plus tard que vendredi 21 novembre, lors du premiers dîner annuel du CREFOM). Certes, mais au regard de la comptabilité nationale, tous les Outre-mer ne sont pas pris en compte. Dans le calcul du PIB national – produit intérieur brut, qui mesure les richesses nouvelles créées chaque année par le système productif sur le sol français – seuls les PIB des départements d’Outre-mer sont mesurés, mais pas ceux des collectivités d’Outre-mer (Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie et Wallis et Futuna). Interloqué, le site de La Tribune en a fait le constat le 13 novembre dernier.

La raison à cela ? Les collectivités d’Outre-mer ne sont pas intégrées au territoire économique de la République française. Cette situation résulte d’une décision de la Commission européenne, datée du 26 juillet 1991 (extrait à lire ci-dessous). 

Extrait de la décision de la Commission européenne du 26 juillet 1991
Extrait de la décision du 26 juillet 1991 relative au territoire économique de la France ©Commission européenne

Des milliards comptabilisés "à part"

Bien que leurs richesses ne soient pas agrégées au PIB de la France – estimé en 2013 à 2.113,7 milliards d’euros –, les collectivités d’Outre-mer sont loin de ne rien produire, au contraire. Simplement, leur PIB est calculé de manière séparée, par des organismes spécifiques :

      l’Institut de la statistique de Polynésie française (ISPF) ;
     ► l’Institut de la statistique et des études économiques (ISEE) en Nouvelle-Calédonie ;
     ► et les Comptes Economiques Rapides de l’Outre-mer (CEROM) pour le reste des COM.

Dans le graphique ci-dessous, nous avons recensé les estimations les plus récentes des PIB de ces collectivités, dont certains n’ont pas été réactualisés depuis 10 ans. Attention, ce ne sont que des ordres de grandeur.

Create Infographics


Pourquoi ne dispose-t-on pas de chiffres plus récents ?

"Il est difficile d’utiliser des méthodes de calcul classique (relevant de la comptabilité nationale) en raison de la taille de ces territoires et de la faible disponibilité des statistiques, explique l’IEDOM-IEOM (Institut d’Emission des départements et des collectivités d’Outre-mer, l’équivalent d’une banque centrale ultramarine). Ces estimations ne peuvent pas être développées chaque année, étant donné leur marge d’erreur supérieure à une variation annuelle. Elles sont également dépendantes de la disponibilité de données comme une enquête "budget des ménages". Ce type d’enquête, coûteuse, n’est mise en œuvre que tous les 10 ans approximativement dans ces économies."

Prochaine publication en date : une nouvelle estimation du PIB de la Polynésie, à paraître durant le 1er semestre 2015.