publicité

Avec la fin de l'embargo américain, l'ombre du nickel cubain sur Nouméa

Cuba est à proximité des industries nord-américaines de l'acier inoxydable. La fin probable de l'embargo américain n'est pas une bonne nouvelle pour le métal calédonien.  

Un paysan cubain prend la pose, avec, en arrière-plan, l'usine de nickel de Moa (photo octobre 2011) © HANS-JOACHIM ELLERBROCK/BILDERBERG/AFP
© HANS-JOACHIM ELLERBROCK/BILDERBERG/AFP Un paysan cubain prend la pose, avec, en arrière-plan, l'usine de nickel de Moa (photo octobre 2011)
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le
Le nickel de Guantanamo menace Nouméa et le Koniambo. La région autour de la base américaine de Guantanamo où sont détenus les prisonniers d'Al-Qaida regorge de nickel, mais aussi de cuivre, de zinc, et de chrome. Avec le tourisme, le nickel est la première source de devises étrangères pour Cuba.
 

Avec le tourisme, le nickel est la première source de devises étrangères pour Cuba

Les réserves de nickel de Cuba figurent parmi les plus importantes au monde. Comme la Nouvelle-Calédonie, la grande île de la Caraïbe possède environ le quart des réserves mondiales (800 millions de tonnes de réserves confirmées et 2 milliards de réserves probables). L'entreprise d'État Cubaniquel associée au canadien Sherrit International pourrait donc poser un très sérieux problème aux producteurs calédoniens de nickel. Le métal cubain, produit à bas coût, pourrait se tailler des parts de marché considérables en Amérique du Nord et en Europe.
 

Le nickel cubain pourrait inonder le marché américain

Dans le centre de la Havane, au ministère de l'Economie et de l'Industrie, les analystes cubains consultent chaque jour l'évolution des cours mondiaux du nickel à la bourse des métaux de Londres (LME). Cuba se hisse en effet au cinquième rang mondial en tant que producteur avec près de 70.000 tonnes de métal produites en 2014. Et le nickel, qui vaut 16.000 dollars la tonne, est la première source de devises du gouvernement cubain. Les plans d'investissement prévoient de porter la production à 120.000 tonnes d'ici 2020.
 
Avec la fin prévisible de l'embargo américain, Cuba pourrait donc inonder le marché du nickel et fournir les usines métallurgiques de la "Belt Rust", la ceinture des usines d'acier inoxydable de la vallée de l'Ohio. À quelques centaines de kilomètres de côtes américaines, Cuba serait un concurrent redoutable pour le nickel calédonien dont la longue route emprunte le canal de Panama. Le métal de nickel "SLN 25" du groupe Eramet est déchargé à Savannah ou Baltimore, sur la côte Est des Etats-Unis. Le nickel calédonien a parcouru 13.000 kilomètres, le nickel cubain, si l'embargo était levé, serait à moins de 1000 kilomètres des ports américains.
 

Le nickel et Cuba, une vieille histoire américaine

Les premières extractions de nickel dans l'île remontent à 1900. La première usine fut construite en 1945, et déjà, par les Américains associés au Canadien Inco depuis racheté par Xstrata et Glencore. La production de nickel de Cuba s'est effondrée au moment du départ des Soviétiques en 1990 avant de reprendre avec l'arrivée du canadien Sherrit International. Les métallurgistes cubains ont été formés sur place, mais aussi en Russie, chez Norilsk, le plus grand producteur mondial de nickel. La main d'œuvre cubaine est donc particulièrement compétente et compétitive... pour les salaires. Toute la région autour de Guantanamo contient d'énormes quantités de nickel. Des quantités comparables voir plus importantes que celles du Koniambo en Nouvelle-Calédonie.
 

La fin de l'embargo va relancer la compétitivité du nickel cubain

C'est la principale difficulté pour les exportations cubaines de nickel : l'embargo américain interdit jusqu'à présent l'utilisation du métal cubain. L'acier inoxydable produit au Canada ou en Europe ne doit pas comporter le moindre gramme de nickel en provenance de la Havane ou d'un autre port de l'île. Une zone grise existe donc autour des exportations cubaines. Difficile voire impossible de connaître les clients européens ou canadiens du nickel cubain. Avec les centres miniers et métallurgiques de Pinares, de Nicaro et de Moa, Cuba possède trois grandes entités industrielles en devenir... Tout comme la Nouvelle-Calédonie. A Londres, les traders du marché londonien des métaux ont anticipé cette offre supplémentaire en nickel made-in-Cuba. Le cours du métal est en forte baisse à 15.427 dollars la tonne.
1 418 912 772

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play