François Hollande à Saint-Pierre et Miquelon mardi et mercredi

politique
hollande spm
François Hollande au château de Chambord, le 19 décembre 2014. ©GUILLAUME SOUVANT/AFP
François Hollande se rend en visite officielle mardi 23 et mercredi 24 décembre dans l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon, qui se cherche un avenir économique diversifié après le déclin de la pêche. 
Il sera le premier chef d’État à faire le déplacement spécifiquement pour ce territoire d’un peu plus de 6.000 habitants, et non simplement à l'occasion d'une étape. Et si le général de Gaulle en 1967, François Mitterrand en 1987 et Jacques Chirac en 1999 s'étaient rendus à Saint-Pierre, François Hollande doit également aller à Miquelon. Ce sera le cinquième territoire d'Outre-mer qu'il visitera après la Guyane (décembre 2013), Mayotte et la Réunion (août 2014) et la Nouvelle-Calédonie (novembre 2014).
 
Si François Hollande s'y rend en hiver, c'est pour répondre à l'invitation lancée en 2013 de la sénatrice-maire Karine Claireaux (PS) et de la députée Annick Girardin (PRG), devenue depuis secrétaire d'Etat à la Francophonie, d'être présent aux commémorations du ralliement de l'archipel à la France libre du général de Gaulle. C'était un 24 décembre 1941.
        

Question de l'extension du plateau continental

Le président saluera "l'attachement de Saint-Pierre et Miquelon à la France lors de la Seconde guerre mondiale" et à ce titre, l'archipel "a droit à la solidarité nationale, qu'il ne faut pas confondre avec de l'assistanat", a précisé son entourage. Le nouvel hôpital sera inauguré et le président devrait faire des "annonces sur des sujets sociaux" qui préoccupent les habitants. Selon le député Stéphane Claireaux, interrogé par l'AFP, la liste est longue. Une dizaine d'emplois sont demandés pour l'hôpital afin de faire face aux soins des personnes âgées en maison de retraite. Surtout, l'arbitrage du président est vivement attendu sur des dossiers sociaux bloqués depuis des années : application des allocations logement, extension de certaines prestations familiales, ordonnance pour la revalorisation annuelle automatique des retraites basée sur l'inflation.

Rendez-vous mardi 23 décembre en direct à partir de 13h (heure de Paris) sur La1ere.fr pour suivre la visite de François Hollande à Saint-Pierre et Miquelon  


François Hollande sera aussi très attendu sur la question de l'extension du plateau continental autour du territoire, qui permettrait à la France d'étendre ses droits sur ce sous-sol marin potentiellement riche en hydrocarbures, et qui constitue un dossier litigieux avec le grand voisin canadien. La France a déposé son dossier devant la commission ad hoc de l'ONU en avril, mais le Canada a déposé des objections en septembre. "Nous sommes en train d'y répondre pour réfuter leurs arguments", a-t-on assuré dans l'entourage présidentiel.
        
Ce voyage, qui permettra à M. Hollande de rencontrer tous les élus des deux communes de Saint-Pierre (5.400 habitants) et Miquelon-Langlade (600 habitants), ainsi que du Conseil territorial, sera l'occasion de se pencher sur l'avenir économique de ce petit territoire.
        

Projet de grand port privé à l'étude

Les inquiétudes y sont fortes, malgré un taux de chômage à 7%, car les grands travaux qui avaient porté l'emploi local sont finis ou en voie d'achèvement : l'aéroport de Saint-Pierre, l'hôpital, la nouvelle centrale EDF. Le secteur de la pêche, réduit à la portion congrue après des années fastes, présente des "perspectives de croissance", selon l'entourage présidentiel.
        
Vendredi, trois jours avant l'arrivée de François Hollande, la préfecture et la Société des nouvelles pêcheries de Miquelon (SNPM) ont signé une convention de financement à hauteur de 600.000 euros pour l'achat d'un tunnel de surgélation. L'usine de la SNPM attendait ce soutien depuis cinq ans, et cette somme permettra aussi l'acquisition d'une machine pour faire des filets de limande et de morue.
 
L'Etat entend "signifier sa confiance dans l'avenir d'une filière emblématique appelée à poursuivre son essor", et évoque aussi "un projet de réaménagement des anciens locaux d'Interpêche-Seafood et des Nouvelles pêcheries inscrit au futur contrat de développement dans le but de relancer la filière industrielle et artisanale de Saint-Pierre".
        
Mais l'un des défis est de diversifier l'économie maritime. Un projet de grand port privé est à l'étude, qui permettrait à l'archipel, situé en face de l'embouchure du Saint-Laurent, de devenir une plateforme d'éclatement et de transbordement : les porte-conteneurs, de plus en plus gros, pourraient éclater leur marchandise sur des navires plus petits, capables de remonter le fleuve canadien ; à l'inverse, le pétrole canadien sortant du fleuve pourrait être transbordé dans des pétroliers à Saint-Pierre. Le caractère volcanique de l'île lui confère la profondeur nécessaire pour un tel projet, souligne Mme Claireaux.