outre-mer
territoire

La "reine de la déforestation" nommée ministre de l'Agriculture du Brésil

amazonie
Manifestation à Brazilia de membres de la tribu Xerente à l'annonce de la prochaine nomination de Katia Abreu (en photo avec Dilma Roussef) au poste de ministre de l'Agriculture
Manifestation à Brazilia de membres de la tribu Xerente à l'annonce de la prochaine nomination de Katia Abreu (en photo avec Dilma Roussef) au poste de ministre de l'Agriculture ©AFP PHOTO/EVARISTO SA
Katia Abreu a été nommée hier soir ministre de l’Agriculture par Dilma Rousseff, la présidente du Brésil réélue de justesse en octobre. Cette grande propriétaire terrienne est détestée par les écologistes et les Indiens d’Amazonie.
En 2010, Katia Abreu a remporté le titre ironique de "Tronçonneuse d'Or" décerné par Greenpeace et les paysans sans-terre. Les Indiens d’Amazonie l'ont baptisé "Reine de la déforestation" en Amazonie. Ils l'accusent de privilégier l'expansion de l'agrobusiness au détriment de l'agriculture familiale et de l'environnement.

Katia Abreu (au centre en rouge)

Première femme, ministre de l'Agriculture au Brésil 

Katia Abreu, 52 ans, est une grande propriétaire terrienne de l'Etat amazonien du Tocantins. Sénatrice depuis 2006, elle appartient au parti centriste PMDB, de la coalition gouvernementale, mais a commencé dans la politique à droite. C’est la première femme à prendre la tête du ministère de l'Agriculture au Brésil, pour le second mandat de Mme Rousseff qui commence le 1er janvier.
 
Etat amazonien du Tocantins (en rouge)
Etat amazonien du Tocantins (en rouge) ©DR

43% des terres appartiennent à 1% des propriétaires

Soutenue par les grands producteurs agricoles, elle a été critiquée par ses sympathisants pour faire partie d'un gouvernement du Parti des Travailleurs (PT, gauche, au pouvoir depuis 12 ans) qu'elle critiquait vertement. Mais elle s'attire aussi les foudres des mouvements de Sans Terre qui réclament une réforme agraire et voient dans sa nomination une "trahison" de la part de la présidente Rousseff. Ils ont déjà promis une résistance féroce à sa gestion. Selon l'Institut national de statistiques, 43 % des terres agricoles du pays appartiennent à 1% des propriétaires
 

Représentante de l'agrobusiness

Présidente de la Confédération nationale de l'Agriculture (CNA), poste qu'elle abandonne pour devenir ministre, elle défend becs et ongles l'agrobusiness qui représente 23,3% du PIB du Brésil, 7e économie mondiale. Elle rejette l'expropriation de terres non-productives à des fins de réforme agraire et soutient les cultures transgéniques. Elle veut que le Brésil détrône les Etats-Unis comme premier producteur mondial d'aliments.
 

Les Indiens et Katia Abreu          

Pour les Indiens qui réclament la délimitation de leurs terres, sa nomination va "à l'encontre des revendications des mouvements sociaux brésiliens". Car Katia Abreu a d'ores et déjà prévenu que si le taux moyen de création de réserves indiennes se maintient, en 2031 il n'y aura plus de surface pour la production agricole.
  

"Je ne distinguais pas une vache d'un taureau"        

Mme Abreu a commencé sa trajectoire de leader agricole à la mort de son mari dans un accident d'avion. Elle avait 25 ans et était enceinte de son troisième enfant. Elle a dû prendre les rênes de son énorme propriété terrienne. "Au début, je ne distinguais pas une vache d'un taureau", a-t-elle confié à l'hebdomadaire conservateur Veja.
           
Publicité