Le peintre d’origine haïtienne Hervé Télémaque à l'honneur au Centre Pompidou

art
télémaque 1
Le peintre et plasticien français d’origine haïtienne Hervé Télémaque. ©Centre Pompidou
Le peintre et plasticien français d’origine haïtienne Hervé Télémaque est à l’honneur d’une exposition rétrospective au Centre Pompidou à Paris, jusqu’au 18 mai 2015. Son œuvre est connue dans le monde entier. Parcours. 
Jusqu’au 18 mai 2015, le Centre Pompidou à Paris propose une rétrospective de l’œuvre de l’artiste d’origine haïtienne Hervé Télémaque. L’exposition est chronologique et comprend soixante-quinze peintures, dessins, collages, objets et assemblages du plasticien, qui couvrent toute la diversité de ses périodes créatrices.
 
Né en 1937 en Haïti, Hervé Télémaque quitte son île à l’âge de vingt ans pour s’installer à New York. Dans la métropole américaine, il découvre une scène artistique particulièrement dynamique et s’inscrit à l’Art Students League, une école d’art alternative. Il y découvre notamment l’expressionnisme et le surréalisme. Hervé Télémaque suit également à New York une psychanalyse, ce qui aura une incidence directe sur une partie de son œuvre.
 

REGARDEZ la bande annonce de l’exposition



En 1961, le peintre s’installe à Paris. Il travaille avec les surréalistes, et participe au mouvement de la « Figuration narrative », qui critique la société de consommation et se rapproche de la culture populaire. A partir de 1968, les créations d’Hervé Télémaque évoluent. Outre la peinture, il fera des assemblages d’objets, des collages et des dessins au fusain. Ces explorations se doublent de références liées à l’actualité ou aux préoccupations de l’artiste, comme la situation en Haïti ou en Afrique, le colonialisme, le vaudou et la sexualité.
 

REGARDEZ l’interview d’Hervé Télémaque (réalisée par le Centre Pompidou)



DIAPORAMA de l'expo (crédits : Centre Pompidou/ADAGP)

"Etude pour Deep South", 2001 (fusain sur papier)
"Convergence", 1966 (acrylique, papiers collés et objets sur toiles, corde à sauter)
"Petit célibataire un peu nègre et assez joyeux", 1965 (huile sur toile)
"Fonds d'actualité, n°1", 2002 (acrylique sur toile)
"Caraïbe I, La ville des nègres/baie/Fonds-des-Nègres", 1993 (laque sur bois, anneau métallique)
"Toussaint Louverture à New York", 1960 (huile sur toile)
"Mère-Afrique", 1982 (mine graphite, papiers découpés et collés sur papier, tirage photographie, œillets métalliques, calque et cuir)