publicité

Parcours : Gregory Alcan, ex-champion du monde de gymnastique aérobic

Ancien champion du monde et d’Europe de gymnastique aérobic, le Martiniquais Gregory Alcan s’est retrouvé au RSA après avoir côtoyé les cimes du sport international, avant de rebondir. Itinéraire d’un athlète de haut niveau. 

Le Martiniquais Gregory Alcan, ex-champion du monde et d’Europe de gymnastique aérobic, fondateur de l’association Isenzo. © DR
© DR Le Martiniquais Gregory Alcan, ex-champion du monde et d’Europe de gymnastique aérobic, fondateur de l’association Isenzo.
  • Par Philippe Triay
  • Publié le , mis à jour le
A 35 ans, Gregory Alcan est l’un des sportifs français les plus titrés de sa génération. Dans sa discipline, la gymnastique aérobic, qui entrera bientôt aux Jeux Olympiques de la jeunesse, il a été notamment champion du monde en individuel en 2004, vice-champion en 2002, champion d’Europe en individuel en 2003, vice-champion d'Europe en 2001, médaillé d’or en trio aux Jeux mondiaux de 2001, etc. Il cumule au total plus d’une vingtaine de distinctions internationales dans les trois premières places, sans compter une quinzaine de titres de champion de France en solo ou en trio.
 
Né à Gonesse en région parisienne, Gregory est détecté dès l’âge de sept ans pour ses qualités athlétiques. A treize ans, il intègre le collège sport études de Champigny sur Marne en gymnastique artistique, puis l’Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), où à dix-sept ans il se lance dans l’aventure de la gymnastique aérobic en équipe de France, avec les résultats que l’on sait. 
 
Comme lorsqu’il était engagé en compétition, Gregory Alcan continue de s’entraîner tous les jours. © Isenzo
© Isenzo Comme lorsqu’il était engagé en compétition, Gregory Alcan continue de s’entraîner tous les jours.

Le champion d’origine martiniquaise fut également un entraîneur international. Après les championnats du monde de 2004, Gregory Alcan fut sollicité par de nombreuses fédérations. Il fit bénéficier de son expertise technique l’Afrique du Sud, l’Allemagne, le Venezuela, le Japon et l’Iran, entre autres. L’Iran, où il passera quatre ans comme entraîneur de l’équipe nationale entre 2008 et 2012, grimpera du 30e au 7e rang mondial et deviendra vice-champion d'Asie sous sa direction. Un beau succès pour le Martiniquais, également consultant pour la chaîne Sport + lors de championnats de gymnastique aérobic. Entre 2006 et 2010, Gregory Alcan sera également formateur des métiers de la forme au Creps Ile-de-France et conseiller d'animation sportive à la direction interministérielle départementale de la cohésion sociale du Val de Marne, entre deux séjours en Iran. 

« L’Iran souhaitait développer des pratiques artistiques masculines dont l’aérobic et ils m’ont contacté », explique-t-il. « J’ai accepté cette mission car c’était une aventure insolite. C’était de plus une opportunité pour moi car en France on ne m’a pas donné la possibilité de participer au développement de mon activité au sein de la fédération, ni en qualité de technicien, ni de bénévole. Je souhaitais aussi découvrir une culture ancestrale et peu accessible à tous. Cette expérience était très enrichissante. Le contexte était pourtant difficile car ma mission s'est effectuée pendant et après l'élection présidentielle de l'époque. »
 
Gregory Alcan (2e en partant de la droite) avec l'équipe nationale de gymnastique aérobic d'Iran lors des championnats du monde 2012 à Sofia, en Bulgarie. © DR
© DR Gregory Alcan (2e en partant de la droite) avec l'équipe nationale de gymnastique aérobic d'Iran lors des championnats du monde 2012 à Sofia, en Bulgarie.

« C'était une aventure humaine exceptionnelle et j’étais bien entouré », se rappelle Gregory Alcan. « J’avais un appartement de fonction et je voyageais beaucoup. J'avais la responsabilité de 200 gymnastes provenant de tout le pays, avec pour m'assister un staff d’environ dix personnes, avec chauffeur, traducteur, etc. J'avais la confiance totale du Comité national olympique et de la Fédération iranienne de gymnastique qui m’employaient. »
 
A son retour en France en juin 2012, c’est la douche froide. « J’ai démarché la Fédération française de gymnastique pour participer au développement de ma discipline et je n’ai pas eu de suite. Pourtant ils ne se sont pas privés d’utiliser mon image et mon parcours pour promouvoir la gym aérobic », déplore le champion. Du coup ce sportif de haut niveau multi-titré se retrouve au… RSA ! Qu’à cela ne tienne. Déjà titulaire d’un master en Management des organisations sportives obtenu en 2011, il suit un master en Sport, expertise performance de haut niveau en 2013.

REGARDEZ : Gregory Alcan présente son association Isenzo

gregory alcan

En janvier 2014, il crée l’association Isenzo, mot zoulou qui signifie « action », dont l’objectif est de développer des actions sociale, sportive et culturelle dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. « Nous luttons contre les discriminations et pour l’intégration en mettant en place des programmes pour les jeunes dans l’emploi sportif. Nous voulons aussi créer des relations intergénérationnelles et des coopérations internationales à travers nos dispositifs », souligne Gregory Alcan. Isenzo concentre pour l’instant ses activités à Villiers-le-Bel, où a grandi le champion martiniquais, avec l’appui de la municipalité. Des projets sont également prévus en Outre-mer et en particulier en Martinique.
 
« La réalité de la reconversion n’est pas facile », affirme Gregory Alcan quand il évoque son parcours et ceux des athlètes de haut niveau. « Elle se fait tardivement et il y a des freins internes dans les fédérations sportives. Beaucoup d’intérêts ne rejoignent pas les nôtres. Il nous faudrait un accompagnement et un appui institutionnels pour faciliter la mise en place de structures associatives qui contribueraient à l'intérêt général. Cela pourrait être une alternative viable pour porter les projets sociaux innovants des champions en reconversion. »
1 433 436 569

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play