Prise d’otage terminée à la prison de Vendin-le-Vieil : le Guadeloupéen Fabrice Boromée s'est rendu

faits divers
Fin de prise d’otage : le Guadeloupéen Fabrice Boromé libère le directeur adjoint de la prison de Vendin-le-Veil
Image d'illustration ©PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Le détenu Guadeloupéen Fabrice Boromée s’est rendu, mercredi 9 septembre. Après avoir retenu en otage plusieurs heures le directeur adjoint de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), il a fini par le libérer sain et sauf. L’avocat de Fabrice Boromée se dit "surpris par ce geste".
"Il s’agit d’un geste de désespoir", selon Benoit David, l'avocat de Fabrice Boromée. Ce mercredi 9 septembre, le détenu Guadeloupéen a retenu en otage, pendant plusieurs heures, le directeur adjoint de la prison de Vendin-le-Vieil près de Lens (Pas-de-Calais). "Fabrice Boromée n’en peut plus d’être incarcéré en métropole, à 7 000 kilomètres de chez lui, il veut rentrer en Guadeloupe", a expliqué à La1ère, son avocat.

Regardez l'interview de Benoit David (interviewé par Karine Sigaud-Zabulon et Jean-Louis Kerek) :

Fabrice Boromée s’est rendu

Vers 11 heures, Fabrice Boromée, qualifié de détenu "extrêmement dangereux" a pris en otage le directeur adjoint de la prison à l’occasion d’un entretien. Il l’a retenu dans la salle des audiences située dans le quartier d'isolement. Selon le procureur de Béthune, Philippe Peyroux, le prisonnier aurait menacé le directeur adjoint "à l'aide d'un couteau de cantine qui avait été aiguisé et dont le manche avait été augmenté avec du scotch".

Selon l’administration pénitentiaire, le détenu Guadeloupéen s'est rendu vers 14h20, avant d’être placé en garde à vue. "Le directeur adjoint n'a subi aucune violence physique. Il a immédiatement été pris en charge", ajoute la direction de l'administration pénitentiaire.

"Il était sur une meilleure voie"

"Il accumule les peines d’emprisonnement depuis qu’il est incarcéré en métropole. Ce geste ne va pas l’aider, il va encore prendre pour sept ou huit ans", commente son avocat Me Benoît David qui se dit "surpris" par cette prise d’otage.

"Il avait déjà pris un surveillant de prison en otage en 2013 mais cette fois ça m’étonne et c’est regrettable car il était sur une meilleure voie ces derniers temps, remarque Benoit David. Il n’y avait pas eu d’incident depuis huit mois et il devait bientôt sortir de l’isolement".

Fabrice Boromée avait vu son avocat à la fin du mois de juillet. Un prochain rendez-vous était prévu le 16 septembre. "Il a craqué avant qu’on ne se revoie", regrette Me Benoit David.



Les Outre-mer en continu
Accéder au live