Guadeloupe : le CHU de Pointe-à-Pitre condamné à verser plus de 400.000 euros à une patiente amputée

faits divers
grève au CHU de Pointe à Pitre
©Défilé dans les rues de Pointe-à-Pître à l'appel de l'UTS-UGTG
Le CHU de Pointe-à-Pitre-Abymes et son assureur, la Sham, ont été condamnés par le tribunal administratif de Basse-Terre à verser plus de 400.000 euros à une patiente qui avait du être amputée lors de son hospitalisation en 2007, en raison d'un "défaut de surveillance".
La patiente, à l'époque âgée de 55 ans, admise au service des urgences du CHU pour un coma diabétique, avait du être partiellement amputée de sa jambe droite après s'être plainte de douleurs dues à la pose d'un cathéter.

Elle avait ensuite contracté une infection nosocomiale nécessitant de nouvelles interventions, révélant "une faute dans l'organisation et le fonctionnement du service", indique le jugement. Ces deux éléments engagent la responsabilité de l'établissement, selon le tribunal.

La patiente réclamait davantage

La patiente réclamait plus de 2 millions d'euros, avait précisé la radio Guadeloupe 1ere, qui a révélé l'information. Le tribunal a finalement condamné solidairement le CHU de Pointe-à-Pitre/ Abymes et son assureur la Sham à lui verser une indemnité de 471.412,88 euros et de 10.000 euros à ses proches.

La Sham devra également verser un peu plus de 155.000 euros à la caisse générale de Sécurité sociale de la Guadeloupe au titre des dépenses de santé. L'avocate du centre hospitalier contactée par l'AFP, s'est refusée à tout commentaire.