Huguette Bello interpelle le gouvernement sur les violences faites aux femmes à La Réunion

violence
Huguette Bello, députée de La Réunion
Huguette Bello, députée de La Réunion ©DR
"L'année commence à peine et La Réunion déplore déjà deux victimes des violences conjugales", lance Huguette Bello, députée de La Réunion à l'Assemblée nationale ce mercredi. La ministre de la Santé Marisol Touraine lui a répondu que le gouvernement avait pris la mesure du problème.
Huguette Bello a commencé son intervention à l'Assemblée nationale en saluant la grâce présidentielle accordée à Jacqueline Sauvage. Cette femme battue avait été condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari. La députée de La Réunion a ensuite rappelé la situation de son île endeuillée par la mort de deux femmes tuées par leurs conjoints dans des conditions horribles. "Personne ne conteste que la législation s'est étoffée", dit-elle, mais "le décompte terrible des victimes exige une mise en oeuvre plus efficace", en particulier Outre-mer.


"La fin de l'Omerta"

Marisol Touraine, la ministre de la Santé a répondu à cette question au gouvernement en commençant par saluer l'engagement et l'action d'Huguette Bello à La Réunion. Il ne s'agit pas de faits divers, mais "d'un fait politique majeur dans notre pays", affirme-t-elle à propos des violences faites aux femmes. "Ce gouvernement a trois priorités", précise-t-elle : un accueil de proximité pour les femmes en danger, un renforcement du numéro 39 39 avec une écoute sept jours sur sept et enfin une amélioration de dépôt de plainte. "A La Réunion, le nombre de plaintes a augmenté. Ce qui est bon signe, souligne la ministre, c'est la fin de l'Omerta".  

Regardez l'intervention d'Huguette Bello suivi de la réponse de Marisol Touraine :


Huguette Bello interpelle Marisol Touraine sur... par la1eres