Manuel Valls confirme la commande d'un navire militaire multi-missions pour les Antilles

sécurité
Départ d'Entrecasteaux de Brest
Le "d'Entrecasteaux" a quitté Brest le 11 mai ©Marine Nationale
Le Premier ministre Manuel Valls a confirmé, vendredi 30 septembre, la commande  d'un quatrième navire multi-missions pour les Antilles. Conçu pour les Outre-mer, ce bâtiment est déjà présent en Nouvelle-Calédonie et bientôt en Polynésie et à La Réunion.
Le Premier ministre Manuel Valls a confirmé, vendredi 30 septembre, lors d'une visite aux chantiers Piriou à Concarneau (Finistère) la commande "avant la fin de l'année" d'un quatrième navire multi-missions B2M pour la Marine nationale.
 

Un nouveau bâtiment militaire pour les Antilles

"Le ministre de la Défense a fait valoir qu'un quatrième B2M était nécessaire et cette demande a été entendue, je peux l'annoncer ici, l'État notifiera cette commande avant la fin de l'année. Ce nouveau bâtiment armé ici à compter de 2018 prendra ensuite la direction des Antilles", a déclaré Manuel Valls, notamment accompagné lors de sa visite par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

Un premier bâtiment parti en Nouvelle-Calédonie

Le premier bâtiment multi-missions, le D'Entrecasteaux, parti de Brest le 11 mai, est arrivé le 29 juillet en Nouvelle-Calédonie où il effectuera des missions de surveillance des intérêts français et d'assistance aux populations.
 

Des navires conçus pour les Outre-mer

Il s'agissait du premier d'une série de bâtiments conçus pour l'Outre-mer. Deux autres B2M ont déjà été commandés par la Direction générale de l'armement (DGA) à Kership, la coentreprise créée par le chantier naval breton Piriou et le groupe DCNS.
 
Ces bâtiments remplaceront progressivement les actuels bâtiments de transport léger Batral, moins polyvalents et autonomes.
 
D'Entrecasteaux
©Marine nationale

Bientôt en Polynésie et à La Réunion

Le deuxième B2M, le Bougainville, est attendu mi-décembre en Polynésie française, le troisième sera livré à La Réunion. La commande du quatrième, déjà annoncée, pour les Antilles, a donc été confirmée vendredi par le Premier ministre.
 
Ces bâtiments constitueront l'épine dorsale des forces navales de souveraineté en Outre-mer. Leur développement, entériné par la loi de programmation militaire de 2013, a été financé par le ministère de la Défense pour un total de 92 millions d'euros,