outre-mer
territoire

"Ça suffit!", Eric Abidal répond photo à l'appui aux allégations sur sa greffe du foie

football
Eric Abidal en juin 2018.
Eric Abidal en juin 2018. ©LLUIS GENE / AFP
Après la polémique déclenchée sur sa greffe de foie, le Martiniquais Eric Abidal publie une photo de lui sur un lit d'hôpital aux côtés de son cousin Gérard, qui lui avait fait un don d'organe en 2012. "Ça suffit!", écrit Eric Abidal.
Eric Abidal a publié jeudi une photo de lui sur un lit d'hôpital aux côtés de son cousin Gérard, qui lui avait fait un don d'organe, en réponse aux allégations sur l'illégalité de sa greffe du foie en 2012.
   

"Ça suffit!"

"Avec la publication de cette image, je veux demander du respect pour mon cousin Gérard et défendre son honneur. (...) Ça suffit!", a écrit l'actuel directeur sportif du FC Barcelone sur Twitter en-dessous de cette photo.

Dans un autre tweet mercredi soir, l'ancien défenseur du Barça avait démenti toute irrégularité dans sa greffe, subie en avril 2012 à l'hôpital Clinic de Barcelone suite à une tumeur. "Les procédures et protocoles existants ont été respectés à tout moment et tous les documents médicaux le prouvant sont disponibles", disait-il.
   

Des écoutes téléphoniques

Le journal en ligne El Confidencial a affirmé mercredi que des écoutes téléphoniques de l'ancien président du club Sandro Rosell, en détention provisoire et renvoyé en justice vendredi dans une affaire de blanchiment, laisseraient penser que le club a acquis illégalement un foie pour son ex-joueur.

Contacté par l'AFP mercredi, un tribunal de Barcelone a indiqué avoir enquêté pendant un an sur un possible délit de trafic d'organe avant de classer l'affaire faute de preuves. "Aucune preuve, aucun indice, qui permette de soutenir l'accusation contre qui que ce soit, n'a été trouvé", avait affirmé une porte-parole de cette instance.
 

Une enquête ouverte

Le FC Barcelone et l'hôpital Clinic ont aussi démenti une quelconque irrégularité dans l'opération. L'organisation espagnole chargée du don d'organes (ONT), dépendant du ministère de la Santé, a elle ouvert une enquête sur le cas Abidal, assurant néanmoins que selon les informations dont elle dispose, "le processus de don et de greffe d'Eric Abidal était conforme à la législation en vigueur et aux protocoles médicaux habituels".
 
Publicité