Coronavirus : desserte aérienne vers la Polynésie, un casse-tête pour les compagnies

transports
Aéroport d'Orly 4
Aéroport d'Orly 4 ©Chloé Borgnon
Après la décision unilatérale de Donald Trump d'interdire pour 30 jours l'entrée des Européens sur le sol américain en raison de l'épidémie de coronavirus, les compagnies aériennes essaient de trouver des solutions pour maintenir la liaison aérienne entre la Polynésie et l'Hexagone. 
Comment maintenir les vols entre Paris et Tahiti après la déclaration fracassante de Donald Trump ? C'est un véritable casse-tête pour les trois compagnies aériennes qui assurent cette desserte.

Air France, Air Tahiti Nui et French bee avaient coutume de procéder à une escale technique à San Francisco ou à Los Angeles. Mais le président des Etats-Unis a décidé d'interdire le sol américain aux voyageurs européens de l'espace Schengen pour 30 jours en raison de l'épidémie de coronavirus.


Escale en Guadeloupe pour French bee

French bee a été la première à réagir et à trouver une solution concrète. Le vol du vendredi 13 mars entre Paris et Papeete passera par San Franciso mais dès dimanche 15 mars, les vols de cette compagnie entre Tahiti et Orly feront escale en Guadeloupe jusqu'au 12 avril 2020.

Pointe-à-Pitre est "la plus grande base antillaise d'Air Caraïbes, compagnie sœur de French bee", souligne la compagnie dans un communiqué. Ces vols entre Tahiti et Paris dureront une heure de plus en raison de ce changement d'escale. 

"L'escale de Pointe-à-Pitre a été préférée à une solution canadienne (Vancouver), les autorités locales pouvant déclencher à court terme des mesures identiques à celles prises par les Etats-Unis", ajoute la compagnie dirigée par Marc Rochet.
 

Pas de solution du côté d'Air France

Du côté d'Air France, les vols prévus sont maintenus jusqu'au 28 mars 2020. La compagnie étudie des "solutions de réacheminement" de Paris vers Papeete sans plus de précisions. Mais compte-tenu des restrictions d’entrée sur le territoire américain, "les clients hors citoyens et résidents américains, actuellement présents dans l’un des pays de l’espace Schengen, ne pourront pas être autorisés à embarquer à Paris", précise la compagnie dans un communiqué.

Les clients au départ de Los Angeles vers Papeete pourront embarquer sur les vols d'Air France. Les clients au départ de Papeete vers Los Angeles ou Paris pourront également embarquer normalement "dès lors qu’ils n’auront pas séjournés depuis moins de 14 jours dans un pays de l’espace Schengen avant leur départ de Tahiti".
 
"Air France travaille avec ses partenaires KLM, Delta Air Lines et Virgin Atlantic à la mise en place d’un plan de continuité de la desserte des États-Unis pour ses clients au-delà du 28 mars 2020", annonce la compagnie aérienne.

Pour l'instant, Air Tahiti Nui n'a pas encore fait savoir comment elle s'adapterait au changement décrété par Donald Trump. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live