outre-mer
territoire

En déplacement en Guyane, Alain Juppé propose de réviser le droit du sol

politique
Alain Juppé à Cayenne
Alain Juppé, le 4 avril à Cayenne ©Jody Amiet / AFP
Lors de son déplacement en Guyane, Alain Juppé a déploré les "faiblesses" et "abus" du droit du sol. Il a proposé qu'il soit restreint aux enfants dont au moins un des parents vit en France de façon régulière. 
"Aujourd'hui quand un enfant nait sur le sol français, il devient automatiquement Français par droit du sol. (…) Ce que je propose c'est que la nationalité ne soit acquise que si au moins l'un des deux parents est en situation régulière au moment de la naissance."
 
C'est avec ces mots, rapportés par radio Guyane 1ère,  que le candidat aux primaires de la droite Alain Juppé a, lors d'un déplacement en Guyane, mis sur le tapis une révision du droit du sol. Le maire de Bordeaux s'est exprimé lors d'un point presse lundi après midi à Cayenne.
 

Une propostion qui se justifie aussi à Mayotte, selon le candidat

Selon Alain Juppé, le droit du sol présente de nombreuses "faiblesses" et est source "d'abus". Il a notamment fait référence aux personnes originaires des pays frontaliers de la Guyane, comme le Brésil ou le Suriname, qui viennent accoucher sur le sol guyanais. "Ceci induit des flux qu'on connait bien", a ajouté Alain Juppé citant notamment le cas de la ville frontalière de Saint-Laurent-du-Maroni.
"J'ai fait cette proposition dans mon livre sur l'Etat fort, a précisé Alain Juppé, toujours au micro de radio Guyane 1ere. Et j'ai vu combien elle était justifiée quand je suis passé à Mayotte" a-t-il rappelé.
 

Opposé à sa suppression

Ce n'est pas le première fois que le maire de Bordeaux appelle à en finir avec les "détournements" du droit du sol. Déjà en 2013, il décrétait que la question ne devait pas être taboue. Deux ans plus tard, dans un billet sur le site de soutien à sa candidature et supprimé depuis, il prenait la défense de ce droit quand Nicolas Sarkozy évoquait sa suppression. "Supprimer le droit du sol reviendrait à remettre en cause notre modèle français, basé notamment sur l'ouverture et l'intégration de personnes d'origines différentes", écrivait-il alors tout en reconnaissant des "abus" dans les Outre-mer. A l'époque, il s'était opposé à un droit distinct pour les Outre-mer.

Alain Juppé poursuit sa tournée des Outre-mer. Il est arrivé lundi soir en Martinique et y restera jusqu'au 6 avril.
Le droit du sol, c'est quoi?
L'obtention de la nationalité française n'est pas automatique pour l'enfant né sur le sol français. Il devra pour l'obtenir avoir résidé au moins cinq ans en France à partir de l'âge de 11 ans. Ses parents pourront en faire la demande quand l'enfant aura entre 13 et 16 ans. Ensuite c'est à l'enfant lui-même de l'exprimer, entre ses 16 et 18 ans.

Un enfant né sur le sol français d'un parent étranger mais lui-même né en France pourra acquérir la nationalité française à la naissance.
Publicité