publicité

Le musée Van Gogh d’Amsterdam accueille du 5 octobre au 13 janvier une exposition sur Gauguin et son ami Laval en Martinique. C'est la première fois qu'une exposition est consacrée à la période martiniquaise de Paul Gauguin. Le peintre y a séjourné quatre mois en 1887, c'est beaucoup moins long que les dix années passées en Polynésie. Mais ce voyage l'a durablement marqué. Démonstration en trois tableaux. 
 

Baie de Saint-Pierre (1887) © Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhagen

Chapitre 1 : La baie de Saint-Pierre

La baie de Saint-Pierre est l'un des tableaux les plus séduisants de l'exposition "Gauguin et Laval en Martinique". Paul Gauguin est en recherche et la nature luxuriante de la Martinique lui inspire ce tableau, un paradis bien éloigné du quotidien de la grande majorité des Martiniquais en cette fin de 19e sicle.

C'est en 1887 que Paul Gauguin (1848-1903) et son ami moins connu, Charles Laval (1861-1894), se rendent en Martinique. Fatigués par la vie parisienne, ils sont à la recherche de nouvelles sources d’inspiration.
 

Autoportrait de Paul Gauguin (1888) © Van Gogh Museum, Amsterdam


Ils viennent d’effectuer un séjour épouvantable à Panama en plein percement du canal où ils sont tombés malade. A la Martinique, ils s’installent au Carbet à l’Anse Turin où ils reprennent des forces.

Regardez ci dessous (en Anglais) Joost van der Hoeven, conservateur de l'exposition "Gauguin et Laval en Martinique" qui s'est rendu sur place :
 

Paul Gauguin et son ami Charles Laval se tiennent à distance des villes. Saint-Pierre qui est pourtant connue sous le nom de petit Paris n'intéresse pas du tout les deux artistes. Ils préfèrent les gens de la campagne, la nature, les arbres, les paysages.  

Les manguiers © Van Gogh Museum, Amsterdam (Vincent van Gogh Foundation)

Chapitre 2 : Les manguiers

En Martinique, Paul Gauguin change de style. Il s'éloigne des Impressionnistes. Les Manguiers est le tableau le plus abouti de sa période martiniquaise. Ce sont les frères Van Gogh qui ont acheté ce tableau à Paris peu de temps après le retour de Paul Gauguin dans la capitale. Les Manguiers, cette oeuvre étonnante figure au musée Van Gogh d'Amsterdam depuis son ouverture en 1973. 
 

Selon Joost Van der Hoeven, conservateur au musée Van Gogh d'Amsterdam, "Les Manguiers, c’est le tableau le plus important car dedans il y a tout ce que voulait faire Paul Gauguin en Martinique.

Ce qu’il voulait faire : c’était peindre des personnages réels. Et il voulait peindre à partir de son imagination. Il voulait s’éloigner de la réalité. Il ne voulait plus peindre comme les Impressionnistes, comme il le faisait avant".

►Regardez ci-dessous le reportage de France Ô/ Outre-mer 1ère : 
 

Expo Gauguin en Martinique

Allers et venues © Musée Thyssen Madrid

Chapitre 3 : Allers et venues

Paul Gauguin change de style. Il imagine des scènes. Pendant son séjour en Martinique, il se plaît à observer de sa case les allers et venues des femmes qui travaillent à la campagne. Ils les regardent cueillant des fruits et partant, panier sur la tête, les vendre au marché de Saint-Pierre. 

Ces femmes de Martinique qu'il trouve si belles sont en quelques sorte les "ancêtres" des Tahitiennes qu'ils peindra plus tard et qui feront sa renommée après sa mort. 

Au bout de quatre mois, Paul Gauguin tombe malade. Il doit rentrer à Paris, son ami Charles Laval reste en Martinique. Le peintre pourtant marié à une Danoise dénommée Mette et père de cinq enfants n'a qu'une idée : repartir sous les tropiques. 

Ce tableau "Allées et venues" sera vendu en 1891 à Paris. Il servira à financer le voyage du peintre en Polynésie. La Polynésie où il passera dix années d’une vie torturée et créative. Mais là ou tout a commencé, c’est bien en Martinique !
 

"Gauguin et Laval en Martique" [Pratique]

  • Du 5 octobre 2018 au 13 janvier 2019
  • Musée Van Gogh Museumplein 6, Amsterdam
  • Ouvert tous les jours de 9h à 18h, jusqu'à 21h le vendredi