Maskaklé : l'année démarrée

1er janvier rythmé
DIAPORAMA. Maskaklé a ouvert le bal pour l'année 2013. Le rendez-vous aboutissait à une cérémonie bien cadencée sur la plage de Bas-du-fort, au Gosier. 

Mès et labitid

Une année démarée pour Maskaklé qui dès le 1er janvier a choisi de réaliser un "voyage" bien particulier : il s'agissait de se retrouver au local des Abymes, de faire "un petit tour" dans les rues, pour rejoindre la plage de Bas-du-fort, au Gosier. Cette promenade du 1er janvier avait un but bien précis, celui d'invoquer les ancêtres, de leur demander la paix et l'amour sur la Guadeloupe. 

Un groupe composite

Habillés tout en blancs, les tambouyè, hommes, femmes, enfants, avançaient aux rythmes carnavalesques bien marqués. A noter que le groupe constitue un lien social intergénérationnel, avec la présence d'enfants et de moins jeunes. Tous étaient guidés par la musique qu'ils jouaient.

"Un bon son". 

Le public a accompagné le groupe tout au long de son parcours. Arrivé sur la plage de Bas-du-fort, le groupe s'est faufilé par le tourniquet réservé au public et s'est avancé sur le ponton. C'est là qu'une "prière incantatoire" aux ancêtres a été prononcée par un membre de Maskaklé, aussitôt reprise en choeur par le groupe. 

Encens purificatoire

Une offrande symbolique aux Ancêtres a été apportée pour les ancêtres. Régulièrement aspergée de fumée d'encens, elle a été amenée jusqu'au bout du ponton, puis jetée à l'eau et accompagnée au large par quelques membres du groupe.

Maskaklé
L'arrivée sur la rade de la plage de Bas-du-fort
Percussions en groupe
Bam bidim bam
Dans le feu de l'action
A Bas-du-fort
Et parmi les perfectionnistes...
Le blanc pour le groupe
Rythme et rythme
mès é labitid ?
De l'encens pour purifier les offrandes
les offrandes
Moment de partage
Il faut purifier les offrandes. Du bidon, s'échappe de la fumée d'encens
Ensemble...
Le groupe sur le ponton
Chants et danses