Double perquisition à la SEMSAMAR

économie
semsamar1
Une double perquisition a eu lieu à la SEMSAMAR hier, l’une à la jaille, l’autre à Saint-Martin. Elle fait suite au rapport de la MIILOS qui mettait en avant le salaire « exorbitant » de Paule Bélénus-Romana, la directrice.

Des salaires extra ordinaires

La Miilos, la Mission Interministérielle d’Inspection du Logement Social a critiqué le salaire « exorbitant » de Marie-Paule Bélénus-Romana, Présidente de la SEMSAMAR, le 3ème bailleur social de Guadeloupe. En fait, tous les salaires des employés de la SEMSAMAR posent interrogations, des plus petits, ceux des standardistes atteignant les 3000 euros, au sommes faramineuses allouées à la directrice qui a touché plus d’un million d’euros l’an passé.


Enquête ouverte depuis mai 2012

C’est le parquet de Basse-Terre qui a ouvert l’enquête et la police judiciaire a procédé aux perquisitions dans les locaux de la SEMSAMAR à la Jaille, en Guadeloupe et au siège de la société à Saint-Martin. Une double perquisition qui a eu lieu de façon concomitante, avec pour effet la saisie de disques durs, de documents et autres supports numériques.
Abus de biens sociaux ?
Il est évident que les salaires des dirigeants de la société, sont en disproportion totale si on les place dans une économie d’échelle Guadeloupéenne où la crise est générale. Il est également à noter que le rapport de la MIILOS avait souligné le montant des indemnités de départ de Jean-Paul Fischer, au moment de sa retraite, pour lequel une fête avait été donnée… de plus de 440000 euros.


Tactique de défense

Marie-Paule Bélénus Romana, qui touche un million d’euros par an, trouve elle-même son salaire excessif, puisqu’elle avait proposé de l’abaisser. D’autres voix se sont élevées au même moment, pour dire qu’elle était « attaquée » parce que femme… Une tactique qu’il faudra probablement changer, au vu de ce que l’enquête amènera comme élément tangible. D’autant que si le salaire du précédent directeur, Jean-Paul Fischer n’a pas été souligné au temps de son exercice, sa prime de départ a bien été jugée aussi extra ordinaire, tout comme le montant de la fête donnée à l’occasion de  son départ. Ainsi, même si, manifestement la SEMSAMAR ne connait pas les effets de la crise, les avantages


Et le Conseil d’administration ? 

Il semble que le rôle des membres du conseil d’administration ne soit pas bien clair. L’enquête dira s’il y a eu de la part de la société des abus de biens sociaux et du favoritisme. Quelle est véritablement l’implication des membres du conseil d’administration dans le fonctionnement de la SEMSAMAR avec l’ancien directeur et l’actuelle ? Autant de questions qui trouveront certainement des réponses au fil de l’enquête qui se poursuit. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live