Le gendarme-adjoint était un braqueur

faits divers
Agression au coutelas
© designrecherche CC-BY-NC-SA
Trois braqueurs du Nord-Basse-Terre ont été arrêtés en milieu de semaine par les gendarmes. 2 ont été présentés devant le Tribunal correctionnel de Basse-Terre en comparution immédiate. Le 3ème comparaîtra le 9 août prochain. Il était gendarme-adjoint volontaire. 

Surprise générale

Les 3 braqueurs ont sévi de Bouillante à Pointe-Noire, en passant par Deshaies. C’est lors de leur arrestation que leur identité a été connue et parmi eux, un un gendarme adjoint volontaire, basé à la caserne de Petit-Pérou aux Abymes. Un jeune homme qui était déjà dans la ligne de mire de sa hiérarchie.
Considéré par celle-ci comme étant psychologiquement instable, elle avait déjà l’intention de mettre un terme à la relation contractuelle qui les liait, au motif que ce dernier, souvent en retard, traînait les pieds et ne présentait pas le profil exigé pour exercer cette fonction.
 

Les cibles : personnes âgées, touristes, commerçants…

Par provocation ou inconscience, le gendarme-adjoint portait ostensiblement des signes distinctifs qui caractérisent les bandes qui sévissent dans l’agglomération pointoise.
Bref, un loup dans la bergerie qui, avec ses comparses, ont agressé des personnes âgées, des touristes et des commerçants.
Arrêtés après une course poursuite à Baillif, les deux autres ont été jugés en comparution immédiate.
 

De la prison pour eux...

Le premier braqueur, originaire de la commune de Baie-Mahault, déjà défavorablement connu des services de police, écope de 5 années d’emprisonnement dont une avec sursis.
Le deuxième, un jeune abymien, scolarisé en BTS en alternance, écope de 2 ans de prison.
 

Attente pour le gendarme

Le gendarme adjoint, quant à lui, a choisi de prendre le temps pour préparer sa défense. Il comparaîtra donc le 9 août prochain, mais le tribunal a tout de même délivré un mandat de dépôt à l’audience pour les trois hommes.