Comment va France-Antilles ?

médias
France-Antilles - France-Guyane
A quelques mois de son cinquantenaire, le groupe Hersant aux Antilles et en Guyane connaît quelques difficultés financières. Mais peut-on réellement parler de « liquidation » du groupe ? Ce serait très étonnant. 

50 ans…presque... 

Dans quelques mois, France- Antilles fêtera son 50ème anniversaire. Les journaux, créés par Robert Hersant, revêtent une valeur "affective", dit-on, aujourd’hui, au sein du groupe éponyme. France-Antilles est déjà passé par des moments difficiles, accompagnés de baisse de chiffre d’affaires. Cette fois-ci, la crise est assez importante pour qu’elle soit soulignée par les journalistes du groupe. Lorsque nous les avons interrogé, ils ont tenu à garder leur anonymat. Une démarche compréhensible, lorsque l’on relève d’une entreprise privée « en difficultés ». De façon unanime, en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane, ils nous ont confirmé traverser un moment « tendu » et « difficile », lié à la crise. Mais aucun d’eux n’a confirmé les rumeurs de « liquidation » du groupe, lancées certainement un peu vite sur la toile.


Près de 400 personnes

Au total, ce sont près de 400 personnes, tous supports et tous domaines confondus qui travaillent pour le Groupe France Antilles en Guadeloupe (environ 150), en Martinique (environ 180) et en Guyane (environ 60). Le groupe a à son actif des biens immobiliers, mobiliers, techniques et, surtout… du personnel.
 

France-Antilles Guadeloupe

A France-Antilles Guadeloupe, les personnes que nous avons rencontrées se montrent confiantes : « le groupe ne pourra jamais disparaître du jour au lendemain. Il existera d’une façon ou d’une autre ».
 

France-Antilles Martinique

Le siège du groupe France-Antilles est en Martinique. C’est là qu’est réuni le plus grand nombre de personnels. Et de titres. D’ailleurs, la disparition de TV mag Martinique est annoncée. Mais France Antilles Magazine, qui comprend les programmes télé, est maintenu.
 

France-Guyane

L’édition guyanaise du groupe Hersant rencontre quelques difficultés techniques depuis quelques 14 jours maintenant. Ces difficultés, si elles empêchent la diffusion papier du journal, font la joie des internautes : France Guyane leur est offert gratuitement. Une situation due à la défaillance d’une rotative, qui sera remplacée d’ici à… demain vendredi.
France-Antilles -350


L’ « agence » de Paris

La correspondance du groupe à Paris est probablement ce qui apparaît aujourd’hui comme le plus en décalage avec la vie des pays, en un temps où les ressources, notamment numériques, abolissent toute distance.


Lié à une histoire contemporaine

Aujourd’hui, malgré les critiques qui ont régulièrement accompagné les sorties des titres, force est de constater que France-Antilles et France-Guyane font partie d’une histoire contemporaine de la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique. Par exemple, aujourd’hui, alors que la violence fait rage en Guadeloupe, si l’on se reporte aux titres habituels, "fait-diversiers"  de France-Antilles, on peut voir à quel moment le phénomène s’est amplifié, jusqu’à devenir démesuré. 
Hommage
Un fait indéniable  : La toute première ligne éditoriale des journaux était assez éloignée du quotidien des populations. Mais France Antilles et France Guyane sont aujourd'hui beaucoup plus proches de leurs publics, les journalistes qui y travaillent n'étant pas étrangers à ce fait.
De même, nous soulignons ici, la mémoire d'un journaliste qui a fortement contribué à inverser la courbe et à améliorer l'image des journaux du groupe, tant en Guyane, qu'en Martinique ou en Guadeloupe. Il a également été un modèle et un maître pour beaucoup de jeunes journalistes qu'il a formés : le très regretté Gérard Bertrand.