Des émetteurs non conformes à la règlementation nationale sont installés en outremer

société
antenne-3G-040913
Antennes 3G
Des émetteurs importés de Chine non conformes aux exigences nationales sont utilisés depuis plusieurs années en outremer. Ils sont exploités par trois opérateurs de téléphonie mobile : Orange, Outremer Telecom et Pacific Mobile Telecom.
Après les téléphones américains qui détériorent le réseau, il y a maintenant les émetteurs chinois illégaux. Plusieurs installations des marques Huawei et ZTE utilisées en Outremer ont été pointées du doigt par l’Etat qui a sommé les trois opérateurs de les démonter au plus vite. Si les deux firmes chinoises sont parmi les leaders sur ce marché, ces produits ne sont pas autorisés au niveau national. Cela fait pourtant plusieurs années qu’ils émettent illégalement.

Pas d’autorisation de l’ANCI

Si le risque pour la santé n’est pas vraiment établi et fait d’ailleurs souvent débat, les autorisations de mise sur le marché de ces émetteurs sont soumises à des règles très strictes. Des réglementations européennes en la matière ont été créées pour encadrer ce secteur. En France, c’est l’agence nationale de la communication et de l’information (l’ANCI) qui est chargée de les faire respecter. Les industriels doivent se soumettre à plusieurs exigences. Par exemple, les émetteurs et antennes ne doivent pas dépasser un certain niveau de puissance jugé dangereux et ils doivent être installés suffisamment loin de zones habitées.
Dans ce cas précis, l'ANCI n'a pas donné d'autorisation à ces dispositifs. Leur utilisation est donc répréhensible.

Obligation de régularisation

L’Etat a demandé aux opérateurs de remplacer au plus vite les engins non autorisés par l’ANCI.
Orange doit retirer des dispositifs Huawei installés à la réunion. Ce que l’opérateur est en train de faire sur l’île de l’océan indien. De nouveaux émetteurs devraient y être installés d’ici la fin de l’année.
Outremer Télécom a lui été épinglé à Mayotte pour du matériel ZTE. La régularisation devrait intervenir en début d’année prochaine.
Le troisième opérateur, Pacific Mobile Télécom, utilise des émetteurs Huawei en Polynésie en passant par le réseau Vodafone. Il n’y a pour l’heure aucun processus engagé pour le remplacement du matériel.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live