Le CRAN porte plainte contre le front national

politique
Louis-Georges Tin, président du Cran
L'universitaire et chercheur Louis-Georges Tin ©AFP
L'affaire Leclere / Taubira continue de faire des remous. Le conseil représentatif des associations noires s'est présenté devant le siège du parti à la flamme ce matin pour annoncer son intention de porter plainte suite à la polémique provoquée par une tête de liste FN aux municipales.
Pour rappel, le 17 Octobre dernier, Anne Sophie Leclere, candidate FN aux municipales à Rethel dans les Ardennes, a comparé Christiane Taubira à un singe dans un reportage diffusé sur France 2 dans l’émission envoyé spécial. La tête de liste a certes été destituée par le front national mais Christiane Taubira a tenu à réagir. L’affaire s’est alors envenimée. La ministre de la justice a tout d’abord qualifié le parti de « mortifère et meurtrier ». Ce qui a provoqué la colère de Marine Le Pen qui a ensuite éxigé des excuses publiques puis déposé une plainte contre la garde des sceaux.

Une honte qui ne doit pas rester impunie

Le CRAN a donc contre-attaqué ce matin. Son président Louis Georges Tin et plusieurs de ses membres se sont rendus à Nanterre, au siège du front national, pour annoncer leur intention de porter plainte contre Anne Sophier Leclere. Le conseil proteste contre une analogie ancienne et intolérable : la comparaision entre les singes et les noirs. Le CRAN veut aussi, par cette procédure, condamner judiciairement cette « honte et cette haine ».

Un soutien du président

Si Christiane Taubira a réagit fermement aux propos d’Anne Sophie Leclere, le conseil représentatif des associations noires de France demande un positionnement clair du gouvernement sur ce sujet. Louis Georges Tin critique surtout le silence du président de la république, François Hollande. Selon le président du CRAN, en ne prenant pas la parole sur ce dossier, le chef de l’Etat méprise ceux qui ont voté pour lui en outremer et s’expose à une sanction électorale.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live