10 millions d'euros manquants à l'UAG : la direction sait mais ne dit pas

économie
logo UAG
A la suite du courrier publié par Corinne Mence-Caster avant-hier, Didier Bernard, le vice président en charge des affaires économiques de l'université a réagit aujourd'hui. La direction sait probablement ce qui est arrivé aux données comptables et qui est responsable mais veut des certitudes.
Pour rappel Corinne Mence-Caster a publié un courrier avant-hier, adressé à la communauté universitaire, dans lequel elle indiquait, sans donner de précision, que 90% des données comptables de l'UAG avaient disparu et que 10 millions d'euros manquaient dans les caisses de l'établissement en raison de crédits accordés pour des recherches mais non suivis. Deux annonces étonnantes qui font écho au dernier rapport de la cour des comptes qui critiquait la gestion jugée douteuse de la structure sous la présidence précédente. 

Sûrs mais pas certains

La nouvelle direction a donc décidé d'ouvrir une enquête et de réaliser plusieurs audits afin de faire la lumière sur ce dossier. Corinne Mence-Caster a déclaré dans son courrier qu'elle souhaitait une remise à plat et un départ sur de nouvelles bases. Une nouvelle équipe administrative et financière a été mise en place afin de dresser un état des lieux objectifs de la situation. Didier Bernard, le vice président en charge des affaires économiques, a déclaré ce midi sur Guadeloupe Première radio qu'ils savaient ce qu'il s'était passé mais qu'ils attendaient d'en être certains pour le divulguer. Il était l'invité du grand direct avec Franck Aristide.

didier bernard



Des poursuites judiciaires envisagées

Nous ne disposons donc pas d'informations supplémentaires pour le moment sur la raison ni sur le nom des responsables de cette disparition de données et de cette perte de 10 millions d'euros. Ce matin, toutefois, Olivier Pulvar, responsable des relations presse à l'UAG, a déclaré que "certaines personnes sur les trois pôles n'avaient pas intérêt à ce que les choses soient remises à plat". Des allégations qui laissent supposer des malversations au sein de l'établissement. Didier Bernard a ajouté ce midi sur Guadeloupe Première Radio qui si des noms sortaient, des poursuites judiciaires pourraient être envisagées contre les responsables.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live