Le gouvernement garantit les fonds nécessaires à la reconstruction du CHU

santé
CHU
©r. lami
Les conseillers généraux avaient demandé la confirmation de l'engagement de l'Etat dans ce projet fin septembre ainsi que des postes supplémentaires pour la faculté de médecine. Jacques Gillot et Jacques Bangou ont été reçu au ministère de la santé et ils ont partiellement eu gain de cause. 
Le 27 septembre dernier les conseillers généraux réunis en plénière avaient demandé un soutien clair de l'Etat pour le financement du nouveau CHU. Pour rappel, c'est Xavier Bertrand, ministre de la santé de Nicolas Sarkozy qui avait promis les fonds nécessaires à cette reconstruction et les élus départementaux craignaient que le changement de gouvernement ne provoque la perte de cette garantie. Jacques Gillot, président de l'executif, et Jacques Bangou, président délégué du comité de surveillance du CHU, ont donc été reçu au ministère de la santé par des collaborateurs de Marisol Touraine.

590 millions d'euros garantis

C'est la somme qui est nécessaire pour le projet du nouveau centre hospitalier. En 2011, Xavier Bertrand avait promis un engagement complet de l'Etat dans le financement de ce nouveau bâtiment qui doit pousser à Perrin d'ici 2020. Une crainte demeurait toutefois pour les élus départementaux dans la mesure où, sans un retour à l'équilibre financier de la structure, le comité interministériel pour la performance et la modernisation des établissement de santé (COPERMO) risquait de ne pas autoriser le versement des fonds. Pour rappel le CHU présente actuellement un déficit structurel annuel de 50 millions d'euros. Une crainte qui a été dissipée par le cabinet de la ministre de la santé qui a confirmé à Jacques Bangou et Jacques Gillot que l'Etat financerait le projet. Une promesse qui sera entérinée lors de la prochaine réunion du COPERMO.

D'autres avancées encourageantes

Le conseil général réclamait également un soutien financier du gouvernement dans la période de transition jusqu'au nouvel hôpital et pour accompagner le fonctionnement de l'actuel CHU. Des financements qui pourraient être débloqués si le centre hospitalier et l'agence régionale de santé présentent conjointement un programme des besoins de la structure.
La troisième demande des élus départementaux était la création de poste de professeur des universités et de praticien hospitalier pour la faculté de médecine. Les collaborateurs de Marisol Touraine ont promis que des réflexions allaient être menées avec le ministère de l'enseignement supérieur afin de proposer une nouvelle méthodologie pour garantir des offres de soins et de formations de qualité.
Jacques Bangou et Jacques Gillot ont jugé que les échanges avaient été constructifs et que ces engagements étaient encourageants. Ils demandent toutefois toujours une visite de Marisol Touraine sur notre île pour qu'elle prenne connaissance de nos réalités locales.