publicité

Victorin Lurel va soutenir les producteurs de banane

Le ministre des outremers a apporté son soutien aux producteurs lors de la réunion qui s'est tenue ce matin à Paris. Les professionnels se disent satisfaits.

© DR
© DR
  • Nicolas Ledain
  • Publié le
Il y a quelques jours, Victorin Lurel avait parlé d'une nécessaire réorganisation du secteur de la banane en raison des difficultés auxquels faisaient face les producteurs. La réunion de ce matin à Paris avait pour but de discuter de la filière et de parler des solutions et des besoins pour le pérenniser. Une concertation cordiale qui a débouché sur des promesses d'accompagnement du ministre des outremers.

Lutte contre la cercosporiose et aides européennes

Les producteurs sont dans une situation compliqué. Alors qu'ils doivent dorénavant combattre les cercosporioses sans procéder à l'épandage aérien de pesticides, l'Europe envisage de diminuer l'enveloppe POSEI qui sert notamment à financer la filière et à payer les planteurs. L'instance continentale souhaite distribuer ces fonds de la filière banane à d'autres secteurs. Les producteurs affirment que les Antilles sont désormais les seuls territoires à ne pratiquer que de l'épandage au sol et un traitement manuel pour protéger les parcelles. Une technique qui complique considérablement le travail. De plus, la prolifération de ces champignons du bananier les oblige à investir dans leurs plantations pour y développer de nouvelles variétés de banane résistantes. Ils demandent donc au gouvernement de négocier une ré-allocation de cette aide européenne.

Un soutien de Victorin Lurel

A l'issue de cette réunion, le ministre des outremers a affirmé aux producteurs qu'il les accompagnerait dans leurs démarches et qu'il ferait tout pour les aider à obtenir ce qu'ils veulent. Victorin Lurel a tenu à revenir sur ses déclarations de la semaine dernière assurant qu'il ne condamnait pas le secteur. Il n'a toutefois pas fait de promesse sur le fond. Rien ne garantit qu'il parviendra à changer la ré-allocation des aides POSEI. Les professionnels se sont dits satisfaits par cette rencontre.

Objectif 100 000 tonnes

Les représentants de la filière ont assuré qu'ils avaient l'intention de continuer à se battre pour défendre la banane. Si aujourd'hui la Guadeloupe produit environ 70 000 tonnes par an, l'objectif assumé par les producteurs et demandé par le gouvernement, c'est de passer à 100 000 tonnes en 2020. Ils souhaitent notamment stabiliser le potentiel d'export de nos produits.
Francis Lignières, président du groupement des producteurs de la Guadeloupe, était ce midi l'invité de Franck Aristide sur Guadeloupe 1ère radio :

Lignières




Sur le même thème

  • agriculture

    Quand la canne à sucre dépérit…

    Une nouvelle maladie est-elle en train de s’attaquer à notre canne à sucre ? Depuis quelques semaines, certains planteurs observent, avec inquiétude, d’étranges symptômes dans leurs parcelles : les feuilles jaunissent et dépérissent, alors que la plante est censée être en pleine phase de croissance

  • agriculture

    Fabriquer ses outils agricoles soi-même

    C’est une démarche innovante dans le milieu paysan : apprendre aux exploitants à fabriquer eux-mêmes leur matériel agricole, afin de l’adapter à leurs besoins. La Chambre d'Agriculture a fait appel à "l'Atelier paysan" pour initier les agriculteurs guadeloupéens

  • agriculture

    Moins de pesticides dans la canne à sucre

    Les comportements dans les pratiques culturales en canne à sucre évoluent progressivement. L’utilisation des herbicides a diminué de près de 30 % depuis 2014. C'est ce que révèlent les résultats d'une enquête statistique de la La DAAF (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt)

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête