Chikungunya : la Sécurité Civile envoie des renforts aux Antilles

chikungunya
Moustique Aedes Aegypti
L'aedes aegypti est facilement reconnaissable ©J.B.
Une trentaine de personnels envoyés en renfort en Martinique et en Guadeloupe. L’annonce a été faite conjointement par les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer ce lundi à Paris.
Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin ont décidé d'envoyer des renforts spécialisés, « à la veille de la saison des pluies et dans le contexte de l'épidémie ».
La décision intervient après une mission d'évaluation envoyée sur place la semaine dernière.                
« Les équipes locales recevront le soutien de deux équipes mixtes de 16 personnels qui se rendront en Guadeloupe et en Martinique dès la semaine prochaine pour une durée de trois semaines ».
Elles seront composées de sapeurs-pompiers spécialisés en intervention en milieu périlleux et de personnels des formations militaires de la sécurité civile.
En cas de nécessité l’opération pourrait être reconduite.     
         

Intervention à Saint- Martin également

Le communiqué interministériel précise que la collectivité sera aussi concernée. C’est là que les premiers cas de chikungunya avaient été diagnostiqués en décembre 2013. Ils avaient marqué l'arrivée de ce virus dans les Antilles.                 


Actions

Ces renforts interviendront « sur les immeubles difficiles d'accès afin de détruire les gîtes larvaires où se reproduit le moustique vecteur du virus ». Les bâtiments abritant des installations sanitaires comme les hôpitaux, ou accueillant des publics fragiles, à l’image des centres de vacances, seront ciblés.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live