publicité

Santé : second volet et fin de la visite ministérielle de Marisol Touraine

Arrivée hier à 18h, la ministre de la santé a très vite rencontré les présidents des collectivités locales ainsi que les acteurs de la santé afin d’évoquer les sujets d’actualité. Ce matin, elle a commencé ses visites de terrain à Gourbeyre.

La ministre au terme des 24 h de sa visite, au centre médical de Boisripeaux avec les pharmaciens, et les médecins et infirmiers libéraux. © N.L.
© N.L. La ministre au terme des 24 h de sa visite, au centre médical de Boisripeaux avec les pharmaciens, et les médecins et infirmiers libéraux.
  • Julien Babel
  • Publié le
Marisol Touraine avait déjà rencontré le directeur de l’Agence Régionale de Santé, hier, lors de la première réunion de travail à l’aéroport. Ce matin, c’est dans les murs de l’agence, à Gourbeyre, qu’elle a commencé sa journée de « terrain ».

Derniers chiffres

63.000 cas et 7 décès depuis le début de l’épidémie.
Selon le dernier bulletin épidémiologique de l’institut de veille sanitaire (INVS), en Guadeloupe, 63.000 cas de chikungunya ont été recensés ainsi que 7 décès dont 1 lié directement au virus, depuis décembre 2013.
Pour Marisol Touraine, ces chiffres ne font que justifier sa venue dans le département :

Marisol Touraine/ chiffres chik

(Propos recueillis par Peggy Robert)

La ministre était ensuite attendue à la mairie de Baillif où une opération de lutte anti-vectorielle était menée par une brigade anti-chikungunya. Selon Marie- Yveline Théobald- Pontchateau, maire de Baillif, un quart de ses administrés ont été touchés par le virus.
Ecoutez le reportage de Peggy Robert sur place :

Peggy Robert/ Touraine Baillf

 

CHU et URPS

Après la visite des urgences du centre hospitalier de Basse- Terre en fin de matinée, la ministre s’est rendue au centre hospitalier universitaire de Pointe- à- Pitre à 15h, puis en clôture de sa visite, au centre médical de Boisripeaux où elle a rencontré les présidents des unions régionales des professions de santé (URPS).

Parmi les services du CHU visités par la ministre des affaires sociales et de la santé, il y avait le SAMU. Le « 15 » a reçu 3.600 appels par semaine, lors de certains pics.

« Gérable ! »
C'est l'avis de Patrick Portécop. Pour le directeur du SAMU-Guadeloupe, l’augmentation de l’activité du centre n’est pas liée seulement au chikungunya. Toutefois, il a fallu mettre en place des procédures particulières afin d’anticiper une éventuelle intensification de l’épidémie.
Ecoutez Patrick Portecop :

Patrick Portecop/ samu chik

(Propos recueillis par Peggy Robert)

Si certains services fonctionnent correctement, d’autres sont confrontés à de réelles difficultés. Le gros problème rencontré par l’hôpital, ce sont les agents hospitaliers qui tombent eux-mêmes malades et notamment dans le service pédiatrique où les enfants de moins d’un an atteints du chikungunya doivent bénéficier d’un traitement particulier.Ecoutez Christian Delavaquerie, directeur général du CHU :

Christian Delavaquerie/ chu fonctionnement

(Propos recueillis par Peggy Robert)

Les professionnel de l'URPS ont pu présenter leur doléances.
Ecoutez le reportage de Nicolas Ledain :

Nicolas Ledain/ bilan réunion URPS


La suite du déplacement de Marisol Touraine aux Antilles aura lieu en Martinique, également fortement touchée par le chikungunya.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play