Santé : second volet et fin de la visite ministérielle de Marisol Touraine

santé
Marisol Touraine en Guadeloupe
La ministre au terme des 24 h de sa visite, au centre médical de Boisripeaux avec les pharmaciens, et les médecins et infirmiers libéraux. ©N.L.
Arrivée hier à 18h, la ministre de la santé a très vite rencontré les présidents des collectivités locales ainsi que les acteurs de la santé afin d’évoquer les sujets d’actualité. Ce matin, elle a commencé ses visites de terrain à Gourbeyre.
Marisol Touraine avait déjà rencontré le directeur de l’Agence Régionale de Santé, hier, lors de la première réunion de travail à l’aéroport. Ce matin, c’est dans les murs de l’agence, à Gourbeyre, qu’elle a commencé sa journée de « terrain ».

Derniers chiffres

63.000 cas et 7 décès depuis le début de l’épidémie.
Selon le dernier bulletin épidémiologique de l’institut de veille sanitaire (INVS), en Guadeloupe, 63.000 cas de chikungunya ont été recensés ainsi que 7 décès dont 1 lié directement au virus, depuis décembre 2013.
Pour Marisol Touraine, ces chiffres ne font que justifier sa venue dans le département :

Marisol Touraine/ chiffres chik

(Propos recueillis par Peggy Robert)

La ministre était ensuite attendue à la mairie de Baillif où une opération de lutte anti-vectorielle était menée par une brigade anti-chikungunya. Selon Marie- Yveline Théobald- Pontchateau, maire de Baillif, un quart de ses administrés ont été touchés par le virus.
Ecoutez le reportage de Peggy Robert sur place :

Peggy Robert/ Touraine Baillf

 

CHU et URPS

Après la visite des urgences du centre hospitalier de Basse- Terre en fin de matinée, la ministre s’est rendue au centre hospitalier universitaire de Pointe- à- Pitre à 15h, puis en clôture de sa visite, au centre médical de Boisripeaux où elle a rencontré les présidents des unions régionales des professions de santé (URPS).

Parmi les services du CHU visités par la ministre des affaires sociales et de la santé, il y avait le SAMU. Le « 15 » a reçu 3.600 appels par semaine, lors de certains pics.

« Gérable ! »
C'est l'avis de Patrick Portécop. Pour le directeur du SAMU-Guadeloupe, l’augmentation de l’activité du centre n’est pas liée seulement au chikungunya. Toutefois, il a fallu mettre en place des procédures particulières afin d’anticiper une éventuelle intensification de l’épidémie.
Ecoutez Patrick Portecop :

Patrick Portecop/ samu chik

(Propos recueillis par Peggy Robert)

Si certains services fonctionnent correctement, d’autres sont confrontés à de réelles difficultés. Le gros problème rencontré par l’hôpital, ce sont les agents hospitaliers qui tombent eux-mêmes malades et notamment dans le service pédiatrique où les enfants de moins d’un an atteints du chikungunya doivent bénéficier d’un traitement particulier.Ecoutez Christian Delavaquerie, directeur général du CHU :

Christian Delavaquerie/ chu fonctionnement

(Propos recueillis par Peggy Robert)

Les professionnel de l'URPS ont pu présenter leur doléances.
Ecoutez le reportage de Nicolas Ledain :

Nicolas Ledain/ bilan réunion URPS


La suite du déplacement de Marisol Touraine aux Antilles aura lieu en Martinique, également fortement touchée par le chikungunya.