publicité

Musique : tradition et modernité avec Rasajah Dan

L’artiste est de passage dans le département pour présenter au public sa musique et dévoiler les prémices de son prochain album. Il sera samedi soir en concert au Petit New York et partagera la scène avec des artistes invités.

Rasajah Dan (en vert) avec Jean- Charles Martyr- Falle dans vakans o péyi, sur Guadelooupe 1ère, le 18 juillet 2014. © J.Babel
© J.Babel Rasajah Dan (en vert) avec Jean- Charles Martyr- Falle dans vakans o péyi, sur Guadelooupe 1ère, le 18 juillet 2014.
  • Julien Babel
  • Publié le , mis à jour le

Un « air » de vacances

Juillet et août sonnent comme un retour aux sources pour Rasajah Dan, mais pas question de prendre des congés pour autant. La période est propice aux concerts et l’artiste va profiter du plaisir de présenter le fruit de son  travail.
Une musique entre tradition et modernité que le jeune homme de 37 ans travaille depuis plus de dix ans déjà.

Des platines au micro

« Il fallait que ça sorte »
C’est ainsi qu’il évoque sa venue au chant. A l’origine « selecta », c’est- à- dire deejay en sound system, il passe finalement à l’avant de la scène à partir de 2003.
L’expression au sein du milieu reggae- dancehall lui permet de répondre au besoin de trouver un moyen plus fort de faire passer ses messages et affirmer son identité.
Evoluant essentiellement au départ dans l’underground l’artiste passe véritablement dans la lumière avec le titre An tan lontan.

Point de départ

En 2009 l’idée de ce titre lui vient en écoutant une version instrumentale produite par Jonathan Lebon. La couleur quadrille l’interpelle et il en vient même à refaire l’historique de cette musique à Lebon. Ce dernier avait sans le savoir donné une touche « épidermique » à sa production et provoqué le déclic chez Rasajah.
Via cette mélodie, les souvenirs lui reviennent comme des flashes. Les conseils de sa grand- mère, centenaire, les images de son enfance, de son adolescence, alors que la Guadeloupe évolue dans ses paysages et ses mentalités « pas toujours dans un sens positif »...
 
« La transmission est fondamentale »
Rasajah Dan devient le griot d’une vie qu’il peint avec les yeux d’un homme de son temps mais des références solidement ancrées dans le patrimoine duquel il est issu.
« Les thèmes que j’aborde sont des choses que je vis, que je vois ».
Avec lui pas d’existence fantasmée ni de surenchère. Pas le droit, surtout d’un point de vue de père. « J’ai fait le titre Pou vou mwen ka viv pour ma fille. Elle a 7 ans ».
Le clip a été publié en juin 2014. Rasajah y chante en combinaison avec d’autres artistes issus de la scène rap et reggae- dancehall avec lesquels il collabore notamment sur la région parisienne.
« Elle me le rend bien, quand j’allume le matos, elle prend elle même le micro ».
La transmission est symboliquement gravée dans la roche avec l’enregistrement de la voix de sa fille, samplée justement sur ce titre.

Ka Rasajah ka vann ?

Son prochain album sera l’occasion de montrer que s’il reste bien sur attaché à l’univers reggae- dancehall le plus récent, il a bien l’intention de continuer à valoriser notre patrimoine.
Dans l’un des titres de son album à venir, il parle des sept rythmes du gwo ka et rappelle l’importance de la connaissance de ses racines.
« Je veux pouvoir montrer au monde entier que le ka qu’on entend là, ça vient de cette toute petite île à peine visible sur le planisphère » (…) « Ce truc aussi puissant, ça vient de là ».
L’album est attendu en décembre. Il comptera 14 titres faisant la passerelle entre la tradition et la modernité.


Vivre de sa musique

Un rêve que fait tout artiste. Cependant Rasajah Dan garde la tête sur les épaules. Si la carrière musicale décolle depuis quelques années, il reste actif sur un autre terrain professionnel.  En tant que producteur de concerts il reste dans un domaine qui lui plaît et qui peut aussi s’avérer utile au côté artistique. C’est forme de « signature ».
Organiser des concerts pour d’autres artistes est aussi un moyen de faire de nouvelles rencontres, de découvrir de nouveaux publics, et d’ouvrir encore un peu plus ses yeux sur le monde qui l’entoure.


L’actu de Rasajah Dan

Ce vendredi il était l’invité de Jean- Charles Martyr- Falle sur Guadeloupe 1ère. Dans l’émission Vakans o péyi, ils se sont livré à un exercice de freestyle. Retrouvez un extrait de ce moment de partage :

Rasajah Dan/ freestyle Guadeloupe 1ère

Rasajah Dan se prête au jeu du défi avec Jean- Charles Martyr- Falle

L’artiste sera en concert samedi soir à 21h au Petit New- York, au  Gosier. Il présentera des titres inédits et partagera la scène avec d’autres artistes invités.
Durant son séjour en Guadeloupe, il entamera le tournage du clip du titre Dance , une chanson plus légère et destinée avant tout à faire la fête car si Rasajah Dan évoque des thèmes culturels et profonds dans la majorité de ses titres, il sait aussi faire de la musique pour mettre les foules dans l'ambiance et faire bouger son public.

Sur le même thème

  • musique

    SAÏK Libéré

    L'auteur, compositeur de "Surviv" a été interpellé après un acte de rébellion présumé. Au terme de 24 heures de garde à vue, il a été libéré

  • musique

    Lù Ahn Artis : l'excellence par la musique

    Lù Ahn Artis a 18 ans mais elle a tout d’une grande. Elle vient de décrocher son bac avec une moyenne de 19.05/20 en section ES et sera en hypokhâgne à Orléans à la rentrée prochaine. Pianiste depuis dix ans, la musique l’aide dans sa quête d'excellence.
     

  • musique

    Kassav' renouvelle son contrat avec le public

    40 ans et pas une ride. C'est probablement ce que se sont dits les quelques 8000 spectateurs présents sur le stade de Capesterre-Belle-Eau pour vivre en totale communion avec tout le groupe, ce quarantième anniversaire. Et c'est sûr, la cote d'amour est toujours la même.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play