Violences : encore des agressions le weekend dernier

société
Girophare police
La semaine dernière l’actualité était dominée par une série d’agressions avec armes à feu pour un bilan de 12 blessés entre mardi et vendredi. Trois suspects ont été interpellés et mis en examen, toutefois le weekend n’a pas été « de tout repos », au contraire.
La semaine dernière trois suspects ont été interpellés dans le cadre de l’enquête sur les agressions par arme à feu commises dans l’agglomération pointoise. Ils ont été mis en examen pour tentative d'homicide. Deux d’entre eux ont été placés en détention provisoire et le troisième sous contrôle judiciaire.

15 personnes blessés en 6 jours

Samedi matin, à Saint-Félix, au Gosier, un jeune homme de 19 ans a été atteint par une gerbe de plombs au pied gauche. Par ailleurs, deux nouvelles victimes d’agressions par arme à feu ont été enregistrées dans la soirée.
Le premier, un homme de 49 ans, a été atteint par un coup de feu à la hanche devant chez lui, à La Boucan, à Sainte- Rose. Le tireur présumé a été interpellé par les gendarmes au Lamentin.
Puis, vers 21h, un homme de 33 ans s’est fait tirer dessus par deux individus en voiture armés d’un fusil.

Braquages
Par ailleurs deux braquages de véhicule ont eu lieu samedi soir. Le premier à Basse- Terre, sur le parking d’un supermarché.
Il est 22 heures, une maman donne une leçon de conduite à sa fille. Elles sont contraintes par deux hommes armés, de laisser le véhicule. Un peu plus d’une heure plus tard le même type d’agression est perpétré. Cette fois la scène à lieu sur la plage de la Datcha, au Gosier.
En moins d’une semaine, quinze personnes ont été blessées par arme à feu dans le département.

Comment réagir?
La police et la justice font avec les moyens dont elles disposent. D’ailleurs plusieurs auteurs présumés ont été interpellés dans des délais assez courts. Les élus eux aussi tentent d’intervenir et font des propositions.
Ecoutez les précisions d’Olivier Lancien :

Olivier Lancien/ propositions élus délinquance


L’inquiétude

Cette flambée de violence inquiète la population. Les guadeloupéens ne semblent pas accorder beaucoup de crédit à l’action des autorités et des élus.
Ecoutez ces réactions :

Micro trottoir violence 080914

(Propos recueillis par Olivier Lancien)