Procès en appel de l'affaire Cambier : le principal accusé veut être entendu

justice
Procès Cambier - 22.03.2021
C'est sous bonne escorte que les accusés sont transférés, de leur lieu d'incarcération au tribunal de Basse-Terre ©Thierry Philippe

Après l'installation des jurés, lundi, le temps est venu des débats, hier, lors du 2ème jour du procès en appel de l'affaire Cambier. Le principal accusé, Ben Darroux, condamné à la perpétuité en 1ère instance, veut faire entendre sa version des faits. Il estime que cela n'a pas été le cas en 2019.

Depuis avant-hier, lundi 22 mars 2021, deux hommes sont de retour dans le box des accusés de la cour d'Assises de Basse-Terre, ou plutôt dans la cage réservée aux personnes incriminées, au regard de la configuration des lieux.

Pour rappel, un procès en appel s'y est ouvert : celui de l'affaire "Bertrand Cambier", du nom de ce patron de concession automobile, abattu d'une balle dans la tête, le 1er janvier 2016.

Les deux Dominiquais, Ben Darroux et Shannon Oden, ont été condamnés en première instance, pour ce sauvage assassinat ; à la perpétuité pour le premier et à 20 ans de prison, pour son acolyte. Alex Vainqueur, quant à lui, avait été acquitté.

Des révélations à venir ?

Ben Darroux, identifié comme étant le tireur du coup de feu mortel, en octobre 2019, a été extrait de sa prison de haute sécurité de Condé-sur-Sarthe, où il purge sa peine de prison à vie... à moins qu'elle soit annulée, au cours de cette semaine, en appel. L'homme a affirmé vouloir parler...

2ème journée de procès, hier

Le principal accusé est pratiquement né dans la rue. Il y a grandi aussi, sur l'île de la Dominique, puis à Boissard. 

Ben Darroux est apparu, dans la salle du tribunal avec son petit sourire dans les yeux ; il semble aux aguets, comme un animal dans sa cage.
Pour autant, l’assassin semblait tenter de se faire tout petit, baissant ses épaules et les yeux.
La cour d’Assise a bien du mal à entendre, à écouter l’homme, classé, depuis le procès en première instance, dans la catégorie des meurtriers à enfermer longtemps, car dangereux pour la société.

Maître Sandra Adonis connait bien Ben Darroux. C’est elle qui l’a assisté au début de l’affaire. Et, pour ce procès en appel, l'accusé est revenu vers ce même défenseur, qui répond à Ronan Ponnet :

Me Sandra Adonis : "Il a la sensation de na pas avoir été entendu, la première fois".