Covid-19 / Coupures d'eau : la double peine sanitaire infligée aux guadeloupéens

coronavirus la guadeloupe
robinet sans eau
C'est ce que l'on appelle la double peine. Alors que la Guadeloupe vit à l'heure de la crise sanitaire mondiale du Covid-19, elle doit faire face à un facteur très aggravant, les coupures d'eau potable qui continuent au mépris d'une population laissée sans aucune information.
Comment appliquer les gestes barrières et singulièrement celui qui consiste à se laver les mains très régulièrement lorsque l'on n'a pas d’eau ?  Cette situation bon nombre de Guadeloupéens, résidents à Petit Bourg, Gosier, Saint Anne, Saint Francois ou encore la Désirade, la vivent. Des coupures à rallonge ( + de 24h ) et qui ne correspondent en rien au planning établi par le SIAEAG. 

Sur la page facebook du SIAEAG le dernier message posté fait seulement état de la fermeture des services. Aucune information en revanche sur les coupures, leur localisation, leur durée, leur raison.

facebook siaeag

Le confinement dans ces conditions vire au cauchemar d’autant plus lorsqu’une personne vulnérable fait partie du foyer.
C’est le cas Madame Etienne. Elle est Saint Franciscaine et répond aux questions de Sébastien GILLES : 

Le témoignage de Madame Etienne à Saint-François

Le Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe (SIAEAG), qui assure la distribution d’eau potable, reconnait des difficultés temporaires sur son site de production de Petit Bourg. Jean Claude PIOCHE le président du syndicat précise qu'il a du également mettre en œuvre les mesures de prévention imposées par l’état au sein de sa structure, en particulier le télétravail lorsque c’est possible. Pour autant  la continuité d’activité est selon lui assurée et notamment avec ses sous-traitants.

On écoute Jean Claude PIOCHE, le Président su SiAEAG interrogé par Sébastien GILLES :

Jean-Claude Pioche, Président du SIAEAG

Selon un technicien du SIAEAG, les coupures d'eau à Petit-Bourg seraient dues à des fuites qu'ils ont du mal à localiser. Plusieurs problèmes se conjugueraient, entrainant des difficultés de stabilisation de la production d'eau potable à l'usine de Vernou. 

Rien ne justifie cependant le manque d'information des usagers en cette période d'urgence sanitaire.