Du changement à l'horizon pour Grand Sud Caraïbe, le Nord Basse-Terre et La Riviéra du Levant

communautés d'agglomération
Com D'agglo 1
Dans quelques jours, les négociations iront bon train pour les présidences des communautés d’agglomération et de communes. La Guadeloupe compte 6 EPCI sur son territoire, trois d’entre elles pourraient changer de présidence.

Grand Sud Caraïbe

Le plus emblématique c’est Grand Sud Caraïbes. C’est le territoire qui a subi le plus de renversements de majorités. 8 communes sur 11 vont changer d’exécutifs. Pour la présidence de la communauté, sur les 44 sièges, les socialistes disposent de 20. Cela ne fait pas une majorité absolue. Le groupe GUSR 15 sièges. Comme à la région, ce groupe pourrait faire alliance avec la droite locale qui dispose de 7 voix. Reste des inconnus comme Héric André, le maire de Vieux-Fort, et Hugues Philippe Ramdini, l’ancien socialiste de Capesterre Belle-Eau.

Le Nord Basse-Terre

Le nord Basse-Terre n’enregistre qu’un seule changement de majorité, Pointe-Noire qui tombe dans l’escarcelle du GUSR. Guadeloupe Unie Responsable et solidaire totalise 18 sièges sur les 42. Le parti socialiste 20. La droite avec ses 2 sièges, le bulletin du PSG de José Toribio et le vote de Bernard Abdoul-Maninroudine seront décisifs.

La Riviera du Levant

La présidence de la Riviera du Levant est plus qu’indéterminée. PS/ PPSG disposent d’un groupe de 15 conseillers sur 41, le GUSR et ses soutiens de 10. Le faiseur de Roi, s’il n’est pas candidat lui-même, sera Cédric Cornet et ses 13 suffrages. Reste les voix de Jocelyne Virolan, du communiste Jacques Kancel et du maire de la Désirade, Loïc Tonton.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live