CHU : Une bien difficile délocalisation partielle

santé
Direction des soins du CHU
©P. Pétrine
Suite de notre feuilleton sur l’après incendie CHU. Nous nous intéresserons aujourd’hui à la réorganisation du CHU voulue par l’ARS, qui a entraîné l’éclatement de l’offre de soins et surtout, une délocalisation partielle de différents services.
 
En juin dernier la patronne de l’ARS Valerie Denux soutenue par le gouvernement avait présenté un plan de délocalisation partielle du CHU, en attendant de pourvoir réintégrer les locaux après nettoyage.
Un an après cette réorganisation rien n’a vraiment changé. La délocalisation n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes d’organisation au quotidien, des contraintes aussi bien techniques qu’humaines.
Et pour illustrer le quotidien nous sommes allés un soir à la rencontre des personnels soignants et des patients, accompagnés par les cadres de santé qui administrent l’hôpital la nuit. Nous les avons suivis à la fois aux Urgences mais aussi sur deux autres sites le CGR et la clinique les Eaux Claires…

Pascal Pétrine Guadeloupe La 1ère La radio

Christiane Coralie directrice des soins du CHU
©P. Pétrine
 

Christiane Coralie la directrice des soins au CHU de la Guadeloupe

Pour rappel 4 sites sont concernés par la délocalisation la polyclinique,  le nouveau centre gérontologique , la clinique les eaux claires et le CHBT.