De l’eau et du fourrage pour gonfler le moral des agriculteurs victimes de la sécheresse

agriculture
Plan sécheresse éleveurs et agriculteurs Josette Borel Lincertin
©Priscilla Romain
Le Conseil Départemental, avec la Préfecture et la Chambre d’Agriculture est le maître d’œuvre d’un plan sécheresse articulé en plusieurs volets. Cette stratégie combinée, permet de venir en renfort des éleveurs et agriculteurs en souffrance depuis plusieurs mois.
 
Pas de pluie et un soleil de plomb... Depuis le mois d’avril dernier, c’est la réalité des agriculteurs de Guadeloupe, avec tous les inconvénients que cela suppose. La sécheresse qui dure sur le territoire grève fortement la productivité des agriculteurs et des éleveurs, déjà au ralenti en raison de la crise du Covid-19.
 

Un nouveau système d'irrigation pour le nord Grande-Terre

Aussi, dès le début du mois de juillet, le Conseil Départemental est à la manœuvre pour tenter d’anticiper voire de compenser leurs pertes. Pour cela, il s’appuie sur sa compétence quant aux équipements ruraux et les travaux entrepris depuis septembre 2018 visant à étendre le réseau d’irrigation sur les terres au nord-est de la région Nord Grande-Terre.
Système d'irrigation pour agriculteurs
©Priscilla Romain
Livrés en février 2020, ces 24 kilomètres de réseau supplémentaires viennent soulager les exploitations jusque-là situées en bout de réseau.
Les explications de Guillaume Lieven, responsable des équipements ruraux au Conseil Départemental et Yannick Lucol responsable de l'exploitation mr Salade :
©guadeloupe
 

50 000 euros pour sauver près de 7 000 têtes de bétail

En ce qui concerne l’élevage, une convention de partenariat signée le 7 juillet dernier avec la Chambre d’agriculture, a permis de mettre à disposition des professionnels 15 jours d’alimentation pour le bétail, mobilisables grâce à un système de bons. Cette opération estimée à 50 000 euros devrait permettre de sauvegarder un cheptel de près de 6900 têtes ovins, caprins et ruminants compris.
Boeufs sécheresse
©Priscilla Romain
©guadeloupe
 

Dans l'attente de la reconnaissance de l'état de calamité agricole

A l’échelle nationale, le Conseil Départemental espère réussir à déclencher la reconnaissance de l’état de calamité agricole par le gouvernement. Il implique le versement d’aides financières compensatoires pour tout le secteur agricole guadeloupéen.
 
En matière d’irrigation le Département gère une surface de près de 8 000 hectares pour 3 304 abonnés. La dernière extension a pu être réalisée grâce à un financement FEADER de plus de 3 millions d’euros.
Pour l’élevage, depuis la mise à disposition des sacs d’aliments, plus de 14 tonnes ont été distribuées seulement dans le Nord Grande-Terre.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live