Faut-il créer un sanctuaire sur le lambi dans l'archipel des Saintes pendant deux ans ?

pêche
Lambis
©E. Stimpfling
Une question sur laquelle les élus du comité régional des pêches n'ont pas réussi à se départager. Pour autant, les professionnels saintois n'on pas dit leur dernier mot.

10 voix pour, 10 voix contre. Une abstention et un absent. Nicolas Jean. Malgré les efforts des agents du comité régional de pêche, l’ancien président de l’association des marins pêcheurs du Gosier n’a pu être contacté. On ne saura donc pas s’il était ou non favorable à la mise en place d’un moratoire de la pêche aux lambis sur l’archipel des Saintes pendant une période de deux ans.

Ce résultat vaut donc statu quo. La proposition des professionnels saintois n’est pas retenue et la pêche peut donc se poursuivre sur l’ensemble de l’archipel jusqu’au 31 janvier prochain.

Pour autant, les Saintois n’ont pas dit leur dernier mot. A défaut d’un arrêté préfectoral, ils pourraient se contenter d’un arrêté municipal. Depuis la loi Notré, la commune de Terre-de-Haut en accord avec la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe a récupéré la compétence portuaire et police du plan d’eau.
Rémy Cassin le président de l’association des pêcheurs saintois envisage donc de demander au maire, Hilaire Brudey, un arrêté interdisant la pêche aux lambis dans la baie des Saintes. La procédure est simple et rapide, nul besoin de consultation publique et autres chicayas (querelles) administratives, un vote favorable du conseil municipal suffit.  

Alors certes, il ne s’agit que de la baie des Saintes, mais c’est un début et cela pourrait donner le répit nécessaire pour préserver un stock qui demeure en grand danger.
Pour Charly Vincent, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins des Iles de Guadeloupe, cela reste une nécessité. 

Charly Vincent, président du CRPMEM-IG, interrogé par Gilbert Pincemail