Le conseil régional lance un vaste programme de travaux de réhabilitation des ports de pêche

pêche
ports FEAMP
©Éric Stimpfling

Le conseil régional a approuvé son plan régional d’organisation et d’équipement des ports de pêche (PROEPP) lors de l’assemblée plénière du 22 janvier à Basse-Terre.

Le document distingue 6 ports de pêche principaux (La Désirade, Saint François, Terre de Haut, Sainte Rose, Port Louis et Grand Bourg de Marie-Galante) et 5 espaces portuaires (Gourbeyre, Deshaies, Sainte Rose, Gosier, Bouillante) sur les 28 que compte l’archipel.

« Le choix des ports repose sur deux critères: le nombre de pêcheurs professionnels et le potentiel de développement mais il se veut également le fruit d’une concertation d’un an avec tous les acteurs concernés  »

Jessica Julan-Aubourg, directrice de la croissance bleue au Conseil Régional

Le financement du PROEPP repose sur une enveloppe globale de 5,1 millions d’euros, soit 3,8 au titre du Feamp (fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) et 1,3 pour la contrepartie nationale.

Présent lors des débats, le comité régional des pêches souligne la pertinence des ports choisis mais émet néanmoins quelques réserves. 

« Il n’est pas question que du FEAMP serve à financer un travel-lift de 250 tonnes pour une marina privée. Certains projets d’équipement vont devoir être corrigés. Enfin, on peut s’interroger sur les capacités financières réelles de certaines communes qui ont la compétence portuaire. »

Charly Vincent, président du CRPMEM

 

Le département engagé aussi sur le dossier

Le conseil départemental rappelle avoir engagé le 18 décembre 2020 un programme de travaux de modernisation qui concerne 9 ports départementaux pour un montant total de 10,1 millions  d’euros. 5 d’entre eux bénéficieront du cofinancement des fonds européens. Pour le solde, le Département espère pouvoir les inscrire dans le cadre des travaux éligibles au plan France Relance. « L’objectif est de récupérer à minima 2,5 millions d’euros » indique une source proche du dossier.

Reste que pour bon nombre d'observateurs, ce PROEPP 2021 a des allures d'opération de sauvetage du FEAMP. Cela permet au conseil régional, autorité de gestion déléguée, d'afficher un taux de consommation en nette amélioration et ainsi d'éviter un dégagement d'office. En décembre 2020, seuls  532 083 euros ont été payés sur les 9 978 560  euros dévolus à l'enveloppe Feamp 2014-2021, soit à peine 5%.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live