Piquet de grève du CHU de Guadeloupe : report des procès de 3 manifestants

justice
Tribunal Judiciaire de Pointe-à-Pître
Tribunal Judiciaire de Pointe-à-Pître ©Ch. Danquin
Le procès en comparution immédiate de trois des quatre manifestants interpellés lundi lors du démantèlement du piquet de grève près du CHU de Pointe-à-Pitre, sur fond d'affrontements avec les forces de l'ordre, a été reporté, a indiqué le parquet.

Les trois hommes, poursuivis pour violences envers les forces de l'ordre notamment, "ont été placés sous contrôle judiciaire avec notamment interdiction de participer à tout regroupement ou manifestation non autorisée", a indiqué Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.
Leurs procès ont été reportés au 16 février pour deux d'entre eux et au 3 mars pour un troisième.
Un quatrième homme comparaîtra pour "outrage" au mois de mai.

Plusieurs dizaines de personnes sont venues manifester leur soutien aux prévenus devant le tribunal judiciaire.

Les forces de l'ordre ont démantelé lundi le piquet de grève des manifestants contre l'obligation vaccinale, situé depuis plusieurs mois devant le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Pointe-à-Pitre et symbole de la crise qui secoue le département.
L'intervention a provoqué des affrontements qui ont fait deux blessés parmi les gendarmes.

Par ailleurs, six individus interpellés quelques heures après les affrontements, dans la nuit de lundi à mardi, lors d'une tentative de pillage d'un petit commerce, à la marina de Pointe-à-Pitre, ont tous été condamnés mercredi. Ils ont écopé de peines allant de 4 mois de prison avec sursis et travaux d'intérêt général à quatre mois ferme, selon Patrick Desjardins.