Port du masque obligatoire : indiscipline de certains usagers des transports en commun

transports
Contrôle port de masque obligatoire dans les bus
©Daniel Querin
C'est désormais une obligation : les usagers des transports en commun doivent porter un masque. Car les bus sont des lieux clos. Mais nous avons pu constater que cette règle n'est pas respectée par tous.
Une opération de contrôle a été organisée, hier, vendredi 24 juillet 2020, par la Société de transport de l’agglomération centre (STAC), qui exploite le réseau "Karu’lis", aux Abymes, à Baie-Mahault, à Gosier et à Pointe à Pitre. Objectif : vérifier que les conducteurs et les usagers des bus portent effectivement leur masque, afin d'anticiper l'éventuelle survenue d'une seconde vague épidémique de Covid-19.
Comme dans tous les lieux clos, les masques sont, en effet, obligatoires, dans les transports publics, au moins jusqu'au mois de novembre 2020, selon le décret du 17 juillet dernier. Une règle qui s'applique à tous, dès 11 ans.

Et le constat est sans appel : malgré la loi en vigueur et la menace de sanctions pécuniaires, plusieurs passagers et parfois même des chauffeurs ne portent pas de masque. Or, même si les réfractaires à cette consigne sont minoritaires, il suffit d'un seul individu contaminant non protégé, pour que le virus trouve une porte d'entrée et circule à nouveau.

Ce sont des contrôleurs de MCI (mobilités-conseils-informations) qui étaient à la manœuvre, pour ces contrôles. Ils étaient positionnés à quatre arrêts : à Blanchard, à Milénis, à "Citées Unies" à Pointe-à-Pitre et au stade de Baie-Mahault. C’est là que Peggy Robert a fait le point sur l’opération, avec Philippe Mazéas, chef du service contrôle au sein de la société MCI :

Philippe Mazeas - contrôle du port de masque - réseau Karu'lis

Pour Robert Chonkel, l’un des contrôleurs sur place, cette nouvelle mesure est synonyme de boulot en plus, pour ses collègues et lui. Il rappelle, en outre, que bien que protégés par une vitre, les conducteurs ont le devoir de montrer l'exemple, en portant les masques qui leur sont fournis par l'employeurs. Robert Chonkel est au micro de Peggy Robert :

Robert Chonkel - contrôle du port de masque - réseau Karu'lis

Enfin, entre les transporteurs privés et publics le constat diffère quelque-peu, comme le démontre ce reportage de Marie-Lyne Plaisir et Daniel Querin :
©Guadeloupe La 1ère
Les Outre-mer en continu
Accéder au live