Des sanctions après un défilé carnavalesque dans les rues de Sint Maarten

océan atlantique
Silveria Jacobs, premier ministre Sint Maarten
©Gouvernement de Sint Maarten
Plusieurs personnes de la partie néerlandaise de Saint-Martin risquent des peines de prison, pour cause de rassemblement lors d'un défilé jum up en plein confinement
Le besoin de décompresser et de s'amuser de certains Saint-Martinois, en partie hollandaise, pourrait avoir de lourdes conséquences. 
Des habitants ont organisé leur propre "J'ouvert", défilé traditionnel au petit matin, pendant le carnaval des îles anglophones de la Caraïbe. 
 

Un comportement ridicule, selon Silveria Jacobs, Premier ministre

Un défilé au son de la soca et du jump up, a eu lieu, la semaine dernière, alors que la partie hollandaise (comme la partie française) est encore soumise à un confinement, en raison de l'épidémie de coronavirus. 
Les autorités ont, tout de suite, annoncé qu'en raison ce "comportement ridicule", selon la Première ministre, Silveria Jacobs, ce confinement pourrait durer plus longtemps. Après ce défilé, elle a promis que les participants en subiraient les conséquences. Le carnaval, a, en effet, été annulé au mois de mars. 
Elle a ensuite regretté que contrairement à certains habitants qui ont posté des vidéos et des photos, des années passées, dans l'attente des festivités reportées en 2021, ces personnes se sont mises en danger. "Il est déconcertant que les gens soient tellement désespérés et pressés de s'amuser, qu'ils en oublient pourquoi nous sommes confinés" a t-elle ajouté, rappelant que les mesures mises en place étaient pour la santé de tous. "Quand vous sortez de cette façon, vous courez le risque d'être contaminé, de rentrer chez vous et de contaminer vos proches".   
Silveria Jacobs a également adressé un message directement à tous ceux qui ont pris part à ce "J'ouvert" non autorisé, qui ont "dérangé le voisinage, ont fait la fête, se sont baladés dans les rues, se jouant de la police. Pensez-vous vraiment qu'il n'y aura pas de répercussions ? ". Une question suivie d'une promesse... Tous ceux qui ont participé à ces défilés devront faire face à la loi. Des amendes, des peines de prison, pour tous ceux qui ont agi avec imprudence. 

A (re) voir le reportage de Hervé Pédurand :
Ces derniers jours, la police de l'île n'a pas manqué de mettre en garde tous ceux qui auraient l'intention de participer, à nouveau, à des défilés, durant l'épidémie. Cette mise garde qui vient après que des informations circulaient, indiquant que d'autres personnes prévoyaient d'organiser un autre "jump up", à l'occasion de ce qui aurait été la clôture du carnaval à Sint Maarten, ce 3 mai. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live