Suspension d'activité pour les navettes à passagers entre la Guadeloupe et la Martinique

transports
départ de l'Express des Îles
©E. Stimpfling
Une suspension certes momentanée mais qui vient porter un coup de plus à un secteur d'activité déjà en crise depuis le début de la pandémie. Passagers et équipages devront faire contre mauvaise fortune bons coeurs, en attendant des jours meilleurs
 
Gare maritime de Bergevin ce vendredi 16 octobre. Une date qui vient entrechoquer les inquiétudes des compagnies de transports maritimes. Ce n'est un secret pour personne, l'activité qui a dû s'adapter aux mesures sanitaires après une longue période d'arrêt, risque plus de couler que de flotter. 
Pour autant, un peu par instinct de survie, les uns et les autres tentent de poursuivre tant bien que mal, depuis la réouverture de la ligne. C'est dire la douche froide ressentie par eux quand la fermeture de la ligne a été annoncée au nombre des nouvelles mesures. 
Onick Déravel, directeur d'armement à l'Express des îles
©guadeloupe
Sabrina Champare employée à l'Express des Îles 
©guadeloupe
Et les derniers passagers à pouvoir voyager ce matin apprécient diversement la situation. Chacun selon ses intérêts.
©guadeloupe
 
Guichet l'Express des Îles
©E. Stimpfling
 

Une situation qui se dégrade progressivement

La fermeture des frontières extérieures de l’Union européenne depuis le 17 mars avec les pays de l’Organisation des Etats de la Caraïbe orientale (OECS) a entraîné de facto l’arrêt de la desserte régulière de la Dominique et de Sainte Lucie. Au 30 juin, le nombre de passagers enregistre une baisse de 60,5 % sur l’international. La chute s’amplifie pendant les mois de juillet-août, - 79,3%
Sur le réseau domestique, la situation est tout aussi sinistrée. Le 18 mars, l’Express des Iles doit faire face à la fronde des élus marie-galantais qui interdisent toutes les escales de navires à passagers, dans le but d’éviter la progression de la pandémie dans l’île. 4 jours plus tard, les 3 catamarans NGV (1) sont contraints à l’arrêt.
L’immobilisation va durer 62 jours. Au 30 juin, le nombre de passagers à chuté de 37,2% sur Marie Galante par rapport au 1er semestre 2019.
©guadeloupe
(1) Perle Express (360 passagers), Gold Express (446 passagers), Jeans (437 passagers)
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live