Verdict de l'affaire Cambier : peine plus clémente pour le tueur

justice
Ouverture procès Cambier en appel - 22.03.2021
©Thierry Philippe

Suite et fin du procès en appel de l'affaire "Cambier" : le tueur Ben Darroux a vu sa peine allégée, de la perpétuité en première instance à 30 ans de réclusion en appel. Il pourrait même sortir au bout de 15 ans, s'il se tient à carreau. Même peine prononcée pour son complice Shannon Oden : 20 ans

La cour d'Assises de Basse-Terre a pris quatre jours pour rendre un verdict plus mesuré qu'en première instance, dans l'affaire "Cambier", du nom de ce patron de concession automobile, abattu par balle, en janvier 2016.

Rappel des faits

Souvenez-vous : la victime avait été enlevée, le jour du nouvel an. Bertrand Gambier, père de famille âgé de 42 ans, avait été torturé, puis sauvagement abattu, d’un coup de fusil de chasse dans l’œil droit.

Au terme d’une longue et minutieuse enquête, les forces de l'ordre avait mis la main sur un gang de Dominiquais.
Ben Darroux, le leader de ce groupe de malfaiteurs, a été confondu, malgré ses dénégations et condamné, en première instance, à la prison à vie, avec une peine incompressible de 18 ans. C'est lui qui est l'auteur du coup de feu mortel.
Le second complice encore en vie, sur quatre hommes incriminés au départ, est Shannon Oden qui, lui, a écopé, en septembre 2019, de vingt ans de prison.

Le surprenant verdict en appel

La cour d’assises d’appel de Basse-Terre a refait le procès, cette semaine, et a fortement diminué la peine de Ben Darroux, à trente ans de prison, tout en condamnant son complice à la même peine de vingt ans.
Le tueur Dominiquais, dont les experts ont dressé le portrait d'un psychopathe violent, pourra sortir de prison, en cas de bonne conduite, au bout de 15 ans.

Tous deux repartiront, le moment venu, sur leur île natale, la Dominique, car interdits à vie du territoire français.

Les deux meurtriers ont été condamnés à verser 3 millions d'euros de dommages et intérêts, à la famille. Mesure symbolique puisqu'ils n'ont pas d'argent.

L'assistance, dont l'épouse de Bertrand Cambier, a dû subir un interminable réquisitoire, long de 3 heures, de l'avocate générale, Elodie Rouchouse, qui a fait une sanglante description des tortures subies et de l'exécution. Un laïus qui semble avoir lassé les jurés.

Les réactions des parties

Trente ans de prison, c’est une lourde peine, mais qui satisfait l’avocate de la défense Maître Sandra Adonis, dont le client Ben Darroux est classé comme "détenu particulièrement surveillé" (DPS), au regard de sa dangerosité :

Me Sandra Adonis : "Je suis contente que la cour d'Assises nous ait entendus".

La seule peine à perpétuité, dans cette triste affaire, est celle infligée à la famille Cambier. Une peine de chagrin.

Aucune parole d'excuse, ni de réconfort, pas de pardon. Ben Darroux a déclaré avoir "oublié" être l'assassin, alors que toutes les preuves le désignent ; ainsi, il estime ne pas avoir à s'excuser.

Il va falloir, malgré tout, tourner la page, comme l'évoque Maitre Antoine Lecornet, l’avocat des proches de la victime :

Me Antoine Lecornet : "Aujourd'hui, ils vont essayer de se reconstruire".

Ben Darroux est reparti, encadré par les gendarmes du GIGN, direction sa prison pour détenus dangereux, de Condé-sur-Sarthe, dans l'Hexagone.