publicité

Manuel Valls annonce du renfort pour les ZSP

Le ministre de l’intérieur a démarré sa visite en Guyane par une rencontre avec les policiers de Cayenne à qui il a confirmé un renfort des effectifs pour les ZSP et la création effective du nouveau commissariat du chef-lieu pour accueillir notamment les nouveaux fonctionnaires.

© guyane 1ère
© guyane 1ère
  • Par Catherine Lama
  • Publié le
La création de Zones Prioritaires de Sécurité est l’une des mesures phares prises par Manuel Valls depuis son arrivée au ministère de l’intérieur. Il s’agit de privilégier les zones les plus touchées par la délinquance, grâce à des moyens supplémentaires et une meilleure coordination des moyens de l’Etat. En Guyane, plusieurs secteurs ou communes ont été désignées : depuis six mois, Cayenne, dont la piste de Tarzan qui borde Rémire-Montjoly, et Balata à Matoury et fin 2011, Kourou s’est ajouté à la liste.
Quels ont été les moyens alloués à ces ZSP? Qu’est ce que cela a changé ?


Travailler avec les moyens du bord en attendant les renforts

Si le ministre annonce une augmentation des effectifs sans donner de précisions quant au nombre, pour le moment, sur les ZSP, les forces de l’ordre travaillent quasiment à moyens constants. Pour des renforts – modestes - il faudra attendre au mieux le mois d’avril. 5 gendarmes de plus doivent être affectés à Matoury, et 5 à Kourou. Des gendarmes mobiles en poste dans l'intérieur ont aussi commencé à être déplacés sur le littoral. Ainsi à Cayenne, en zone police, on espère des renforts.
En attendant, les fonctionnaires font avec les moyens du bord, en tentant d’être plus efficaces. Par exemple à Balata, un des quartiers sensible dans la périphérie du chef lieu, la gendarmerie a mené plus souvent des petites opérations coups de poings, préférées aux grosses opérations moins fréquentes et plus prévisibles d’où une baisse notable de la délinquance le mois dernier  à Balata, selon la gendarmerie.
A Kourou, la ZSP se met à peine en place, donc il est trop tôt pour parler de résultats mais la dynamique était déjà lancée. Les patrouilles communes police municipale/gendarmerie se poursuivent, et le traitement des mineurs à problèmes se fait via le « groupe local de traitement de la délinquance », qui fédère justice, mairie, gendarmerie et Simko.

Reportage Jocelyne Helgoualch

Présentation ZSP
Les effectifs de la police et de la gendarmerie

La Guyane dénombre 365 policiers, essentiellement en poste au commissariat de Cayenne mais quelques uns sont répartis également aux postes d’informations générales de Kourou et Saint-Laurent du Maroni.
Leurs collègues de la police aux frontières sont eux 289. Le poste de Saint-Georges et le centre de rétention administrative concentrent la plupart des effectifs avec 63 personnes dans chacun d’entre eux. Ilssont  57 à Cayenne et autant à Saint-Laurent du Maroni. Le reste est réparti entre la brigade mobile de recherche et l’Etat major.
Du côté de la gendarmerie, on compte quelques 520 personnes dans l’entité départementale, 90 environ dans chaque compagnie et 108 à Matoury. Ils sont épaulés par 465 gendarmes mobiles répartis en 6 escadrons.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play