Le tribunal administratif rejette la requête de Christian Epailly

justice
Christian Epailly, Président de la Chambre d'Agriculture
©guyane 1ère
Le tribunal administratif a rendu son jugement mardi dans le cadre de la requête déposée par Christian Epailly concernant la contestation des élections de la Chambre d’Agriculture. Les juges ont conclu au rejet de la requête. La fin de l'épilogue d'une élection aux multiples rebondissements.
Les magistrats ont répondu point par point aux éléments soulevés par l’ancien président de la Chambre d’Agriculture pour justifier sa demande d’annulation du scrutin du 31 janvier dernier. Tout d’abord la demande même de Christian Epailly portant sur toute l’élection n’a pas été jugée recevable. Les juges rappelant que les contestations ne peuvent concerner que les collèges auxquels appartiennent les plaignants. En l'occurence, soit le collège des chefs d’exploitations supérieures à 10 hectares pour Christian Epailly et celui des organisations syndicales pour la FDSEA. Ils ont par ailleurs considéré que les raisons avancées pour contester la liste électorale n’étaient pas suffisamment importantes pour justifier un rejet du processus électoral. Constat équivalent pour l’absence de publication des listes complètes par la préfecture, les listes ayant été envoyées par courrier. Le même principe se répète pour d’autres accusations. Si le scrutin a été serré, l’annulation d’une élection est une décision lourde que le tribunal n’a pas jugé opportune en l’absence de faits marquants. L’un des arguments forts de l’avocate de Christian Epailly, Francine Thomas, concernait la distribution des tracts de la liste GRAGE par les services préfectoraux. Il a été qualifié de non prouvé, n’excédant pas les limites du cadre de la polémique électorale en a décidé le tribunal.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live