Le Théâtre de l’universel célèbre le centenaire de Césaire à Guyane 1ère

patrimoine
Image ma bouche sera la bouche
©HD
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui ceux n’ont point de bouche ». Le ton est donné avec cette rime extraite de l'ouvrage d’Aimé Césaire -Cahier d’un retour au pays natal- pour une soirée souvenir entre déclamations et chansons dans l’Atrium de Guyane 1ère ce 26 juin.
La direction régionale de Guyane 1ère a souhaité donner un lustre particulier au centenaire d’Aimé Césaire. Elle a donc sollicité l’association le Théâtre de l’Universel en lui demandant de travailler à une manifestation littéraire et événementielle. Le but : mettre en lumière, en mots et en musique l’intertextualité entre le grand poète de la négritude Martiniquais et son célèbre « homologue » Guyanais, Léon Gontran Damas.
« Le Théâtre»  propose un spectacle d’une heure environ composé d’un panel de textes de plusieurs auteurs et de chants populaires et s'est adjoint pour l'occasion le concours de la formation Klarakoustik. La chanteuse Clara Nugent sera sobrement accompagnée d’un piano et d’un tambour.
Les cinq comédiennes évolueront dans un décor sobre et lumineux, installées sous l’arbre à palabres pour déclamer ce montage poétique où se croiseront entre autres textes quelques-uns de nos illustres Césaire et Damas.
Le synopsis La scène se déroule non loin d’un village. Cinq femmes se retrouvent sous le grand Kaïlcédrat royal, l’arbre à palabres pour  vaquer à leurs occupations quotidiennes et échanger. Elles évoquent la douloureuse histoire de l’esclavage et de la traite négrière. Entre ressentiment et acceptation elles laissent parler leurs émotions et prennent à témoin ce grand arbre filiforme et squelettique, symbole du nègre debout, sur des textes d’auteurs du bassin caribéen et des Amériques.

Extrait : J’accepte. J’accepte. Et le nègre fustigé qui dit : »Pardon mon maître »
Et les vingt-neuf coups de fouet légal
Et le cachot de quatre pieds de haut
Et le carcan à branches
Et le jarret coupé à mon audace marronne .. dit Hélène
J’accepte. J’accepte. Et la fleur de lys qui flue du fer rouge sur le gras de mon épaule
Et la niche de Monsieur Vaultier Mayencourt, où j’aboyai six mois de caniche
Et Monsieur Brafin
Et Monsieur de Fourniol
Et Monsieur de la Mahaudière … répond Nadine.



Le Théâtre de l'Universel
L’association le théâtre de l’universel existe depuis 1995. Elle a pour objet la valorisation du patrimoine culturel et artistique de la Guyane dans les domaines de la danse, du théâtre, de la musique et de l’écriture sur notre territoire et au-delà. Depuis sept ans, elle effectue un travail principalement autour de la poésie à travers la déclamation ou lors de montages poétiques théâtralisés.