Meurtre de Cogneau Lamirande, deux jeunes donnent leur version des faits

faits divers
Cogneau  Lamirande
©CL
Un anniversaire tourne au drame dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier de Cogneau Lamirande à Matoury et un garçon de 14 ans est tué d'une balle de fusil dans le crâne. Trois jeunes sont mis en garde à vue dimanche matin et libérés lundi soir. Deux d'entre eux témoignent.
Trois jours après la mort du jeune garçon âgé de 14 ans, la tension reste palpable dans le quartier de Cogneau-Lamirande. Le lendemain du drame trois jeunes sont interpellés par les gendarmes et placés en garde à vue prolongée jusqu'au lundi. Dans un premier temps, ils sont d'abord soupçonnés d’être impliqués dans la bagarre avant d’être accusés d’homicide.
Hier soir l’affaire a connu un rebondissement puisque les trois jeunes, un mineur et deux majeurs, ont été libérés faute de preuve de leur culpabilité; Aujourd’hui ils sont libres et deux d’entre eux s’expriment.


La version de ces deux témoins 

John, 21 ans et Jonathan, 20 ans (les prénoms ont été changés) se déclarent sereins concernant cette affaire.
Jonathan qui participait à la soirée anniversaire en compagnie de son jeune frère explique qu’il y a eu plusieurs bagarres (au moins deux) avant que tout ne dégénère. Jonathan affirme également que son frère s'est retrouvé impliqué dans l’une de ces rixes.Très vite il décide de prendre la défense de son frère. Il avoue s’être armé d’un fusil à canon scié devant une situation qui visiblement tourne mal. Jonathan déclare avoir entendu 2 coups de feu.  Ilil constate peu après que son frère a été touché (légèrement) à la tête par un impact de plomb. A côté d'eux, le drame est consommé et un autre jeune est atteint gravement.


La maison encerclée par une bande

Après s’être éloigné du lieu du drame avec son frère, Jonathan conduit celui-ci à l’hôpital afin qu’il soit prise en charge. De retour à Cogneau-Lamirande pour se rendre à son domicile, un comité d’accueil composé de jeunes de la bande rivale du quartier l’attend non loin. Les jeunes gens croient à ce moment que Jonathan est l’auteur du coup de feu mortel. Jonathan encore armé court se réfugier chez un ami John qui habite quelques mètres plus loin. Très vite la maison est encerclée par la bande rivale.        
De son coté John affirme qu’il dormait avant l’arrivée de son ami et n'était pas présent à la soirée.
Par la suite Jonathan sort discrètement et laisse son arme, un fusil à canon scié, chez son ami et voisin. Arme qui sera retrouvée par les gendarmes.  
Le lendemain du drame les deux jeunes ainsi qu’un mineur seront interpellés par les gendarmes. Après une garde à vue prolongée, les trois individus ont été libérés.
L'enquête se poursuit et la justice a lancé un appel à témoin.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live