Grève universitaire : négociations rompues, le mouvement devrait se durcir

éducation
Piquet de grève de l'UAG
©guyane 1ère
La réunion prévue hier entre l'intersyndicale et les élus de Guyane a tourné court. Au bout de trente minutes, les représentants des grévistes ont mis un terme aux discussions en soulignant un manque de soutien de la classe politique. Le mouvement devrait se durcir dans les prochains jours. 
Hier matin les pourparlers engagés entre les élus et le collectif étudiant n'auront duré que 30 minutes. Les représentants des grévistes ont mis un terme aux discussions pour montrer leur mécontentement. Ils jugent que la classe politique ne soutient pas assez le mouvement puisqu'elle n'envisage une université de plein exercice qu'à partir de 2017. 

Le projet de protocole d'accord qui était à l'ordre du jour de cette réunion n'a donc pas été étudié. Les élus, qui considèrent une nette avancée dans ce projet d'une université de plein exercice en Guyane, invitent les étudiants à se rasseoir autour de la table des négociations. 

Mais les représentants des grévistes dénoncent le "mépris général de la classe politique" et réaffirment leur volonté d'obtenir une université propre à la Guyane d'ici 2015. Le mouvement pourrait donc se durcir dans les prochains jours. 

Reportage : Nicolas Piétrus et Eric Boutin