Existe-t-il un syndrome du 1er adjoint ?

politique
Visuel élections municipales
©Casner Hilaire
La constitution d’un conseil municipal est un exercice qui peut s’avérer périlleux pour un maire. Il lui faut choisir des adjoints compétents et surtout se mettre en couple avec un premier adjoint.
Un premier adjoint qui aura la charge de le suppléer et de mener à bien les délégations qui lui seront confiées. Autant dire que ce ou cette partenaire doit être, en plus de compétent(e), d’une loyauté à toute épreuve. Ce que l’on attend d’un politique élu pour servir la collectivité.

Des associations improbables

Comme dans la vie de couple ordinaire, certains maires ont raté leur association et ont dû couper court à toute relation très rapidement en retirant leurs délégations à un associé devenu subitement encombrant, et de fait, plus en odeur de sainteté.
Ainsi David Riché à Roura dès le début de son mandat s’est trouvé dans l’obligation de se séparer d’une première adjointe Annie-Claude Clovis très contestataire. A Macouria, feu Serge Adelson a eu vite fait de transformer son premier adjoint Thierry Louis en un adversaire irréductible aujourd’hui à la tête d’une liste. Et voilà que ce phénomène a essaimé jusqu’à Iracoubo où Cornélie Bois-Blanc deuxième adjointe jugée trop remuante par le maire Daniel Mangal s’est vite retrouvée dans l’opposition. Une opposition qui verra son règlement en mars 2014.
 

Mesurer ses engagements

Des situations qui démontrent à quel point il y a lieu pour le premier édile, d’être lui-même un super meneur d’hommes qui sache peser finement ses décisions et s’entourer en ayant bien mesuré jusqu’au bout la portée de certains engagements.  
A l’ouest, sur les rives oyapockoises un scénario similaire est en train de se mettre en place entre la première mairesse de Guyane Fabienne Mathurin Brouard et son premier adjoint Edmard Elfort. La séparation étant consommée, le règlement du divorce s’effectuera entre le 23 et 30 mars 2014.
 

Une commedia dell’arte à Cayenne

Mais revenons à la ville Capitale où se joue une nouvelle fois une comédie dramatique. Elle met sous les feux de la rampe, la médiatique maire Marie-Laure Phinéra-Horth qui se présentera pour la première fois en son nom devant les électeurs de Cayenne et son second adjoint Alex Weimert. Que s’est-il passé entre eux à moins de 4 mois des municipales ? Quelle mouche a piqué le second adjoint et l’a fait se dresser contre la première édile, interrompant ainsi un parcours électoral qui paraissait sans aléas majeur?  Des critiques trop acerbes de l’adjoint chargé des finances, un comportement de mandarin du maire ? Les explications de campagne devraient éclaircir cette mystérieuse intrigue .
Mais à Cayenne personne n’a oublié le parcours du premier adjoint de l’ancien maire Jean-Claude Lafontaine, un certain Rodolphe Alexandre élu maire au premier tour en mars 2008 au terme d’une campagne flamboyante avec à ses côtés Marie-Laure Phinéra-Horth et Alex Weimert.