publicité

Le collège Paul Kapel fermé aujourd'hui

Le collège Paul Kapel est fermé aujourd’hui. La direction a demandé aux familles de garder les enfants suite à l’agression d’un professeur. Les enseignants font usage de leur droit de retrait. Ce dernier incident ne serait que la suite d’une longue série d’agressions

© Sophie Donzenac
© Sophie Donzenac
  • Véronique Bedz
  • Publié le , mis à jour le
A 10h00 hier matin au moment de la récréation, un professeur resté dans sa classe reçoit une balle qui se loge dans la tête entre son cuir chevelu et l'os crânien. Hospitalisé depuis hier et hors de danger, il doit maintenant se remettre du choc psychologique subi.

Des mesures pérennes de surveillance

A la fin de la matinée de ce mardi, une réunion s'est tenue avec la direction de l’établissement, le recteur, le procureur de la République, la mairie et le président du conseil général. Le département envisage de renforcer la sécurité, de façon pérenne Le recteur d’académie Philippe LACOMBE a annoncé qu’un vaste plan de prévention de la délinquance était déjà en préparation pour le collège Kapel. Quant à la mairie, le 1er adjoint au maire Philippe KONG a précisé que la police municipale allait renforcer ses tournées dans le quartier. La police nationale va également accroître sa surveillance.

Les syndicats montent au créneau

Les syndicats de l’éducation nationale ont aussi réagi, suite à cet incident.
La FSU dénonce le climat général de violence dans les zones urbaines. Pour la FSU, les réponses apportées par la préfecture lors de précédentes réunions sont insuffisantes. Il faut renforcer le service public, estime la FSU.
Le Se Unsa se dit consterné et demande des mesures, pour protéger la communauté éducative.
 Le Steg UTG dénonce des faits intolérables. Selon le syndicat, la hiérarchie fait preuve d’aveuglement. Le Steg demande une mobilisation générale de toutes les forces vives de la société.
Et le Sgen CDTG réclame la mise en œuvre opérationnelle du plan de lutte contre la délinquance déjà signé, l’investissement des maires et des collectivités et l’installation d’une cellule d’appui aux établissements.

Hier en fin d’après-midi, un homme a été interpellé et placé en garde à vue. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play