guyane
info locale

Le rallye une passion transmise de père en fils

sport
Jean Bernard
Le championnat de rallye de Guyane a rendu son vedict : le duo familial Thierry Defaye co-piloté par son fils Jean-Bernard termine premier avec 4 victoires en cinq courses. Ce dernier nous fait part de sa passion transmise dès son plus jeune âge par son père. 

Jean-Bernard bonjour, comment êtes-vous rentré dans le monde du rallye ? 

Dès que j'ai eu l'âge de toucher un volant. A 16 ans j'étais alors en conduite accompagnée et j'ai co-piloté pour la première fois. Mes premières courses n'ont pas été les plus faciles. A Balata nous avons eu un souci mécanique, un cardan avait lâché dès la première spéciale, puis nous n'avons pas non plus terminé la course de Montabo. Notre duo s'est forgé petit à petit, j'ai près de 15 courses à mon actif en tant que co-pilote. 

On sent que vous êtes passionné... 

Effectivement je suis né et j'ai grandi dans les sports mécaniques, avec mon père bien-sûr mais avec ma mère aussi qui était co-pilote. J'ai commencé par la moto à 5 ans jusqu'à 13-14 ans, discipline dans laquelle j'ai été 4 fois champion de Guyane. 

Comment se passe un entraînement type ? 

Il y a beaucoup de préparation avant chaque course. On doit aller sur les différents circuits pour prendre toutes les notes qui seront utilisées pendant les compétitions. Il faut être attentif car chaque détail compte et peut, s'il est mal identifié, provoquer une sortie de route. Il faut aussi préparer la voiture, et la vérification des pneus et une mission du co-pilote. 

Pensez-vous être pilote un jour ? 

Oui bien-sûr, le plus rapidement possible. Peut-être l'année prochaine... J'ai déjà eu l'occasion de conduire lors d'une course de côte dans laquelle il n'y a pas de partenaire. J'ai fini 5e et j'espère faire mieux la prochaine fois. Le problème c'est l'acquisition d'une voiture. trouver des sponsors en Guyane est difficile. Peu d'entreprises souhaitent investir sur un jeune qui pratique sa passion sans assurer des revenus ou une exposition concrète. 

Votre relation avec votre père change t'elle pendant une course ? 

Oui évidemment, le stress et l'instantanéité font que l'on "s'engueule" parfois. Mais si le ton monte pendant l'épreuve il redescend la ligne d'arrivée franchie. Après on analyse les erreurs pour faire mieux la fois prochaine. 

Aimeriez-vous avoir votre père comme co-pilote plus tard ? 

Oui vraiment, il m'a déjà tout appris et j'ai totalement confiance en lui et son expérience de conduite. Mais je sais que lui n'aime pas ça (rires) et je le comprend il est sans doute beaucoup plus difficile de passer de pilote à co-pilote que l'inverse. Mais pour ma première année j'aimerai vraiment qu'il m'aide encore un peu. 




Publicité